Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 110
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0216
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
I

1 10 E. AMÉLINEAU.

eujTeMepeu^co neiucoT e^con MTieqS'mcfojp 3en nmes.gi ôwATVôw eep ç>co& n3HTq
uj^TeqiuoCi. TVoinon eTdwqcooTeM enôvi mtot evqep c>htc ucô.2s.i eq2s_co mmoc 2*.e

HôvItOT ^-H^2S.CO epOH ttïieUÏUJ^ ttUJCpKpi 6TÔ>.CUJ(OTlI ©M €Tôwiep H6C.U.6TTI. U€ OTOtl
OTMOUes-CTHpiCm 5ett ÏIOOUJ UJÀUtl AVH€MeO eftoÀ HOTTTIAVI eUJfS.TTMOT$"^ epoq 2S_e

^epH&i (fol. 129 ïïô) ecpes. q>H e«oTô.Êi 0,110. ujeuoir^ ne ïiiô.p^iMôvU2s.piTHc q>H
eT^qocoTV. eqV?ruo2voe ivre ecpecoc mcm. cpH eeoTôv& ivypiTV.TVoc. 5en ïi2s_m epe
qep £e*<VA.o ottu H2s.e qm eeo-y^d MnpocpUTHc eTeM.u.dvir oiro<> ^qeoouj rtOTôa
exen nienHOT eneqM^ eneqp^u îmces.. cti 07m epe qm e»OTôi£i aoiè. ujetioir^
ennoT ivqTwnq ey.q.u.oTr^- emeuHOT ne2s_^q hioott 2s_e es.m^-y epoi mcnno-y eTeaep
0£vU ,u.huj neoooTT £eu q\ryno2sJ3c iicai ïii^pioc ïurpi7V?V.oe ei.uiuji oi2£-en nm^oq\
epe £otev .u^Kevpioc1 ïiieiucuoiioe utc tkooott îim 3eu q^Sev-iH no-yno-y ottoo
HTeqTi McpCie^e MïiieoooT Tiipq. èan^Tr epoi Mney.ie2s_oopp Seu OTroopdJw.ey. epe
nictOTHp oeMci «H2£.en n^Aie*. nenuoT eq2s_iMi Auiôoymi- ne2s.n1 n^q 2s_e n^oe

OTOO IXesvHOT^" M H. OTOtt UJ2S.om MMOli ôwK ^UOT e*^ 2S.om UHS .UCppR^" UUjOpïl

oïi. ne2î_e iiieiùTHp «hi 2s_e 10 ujeuois"^ enuôvep è^oi on Meueneô». ti&ihiuj^ hô.oi

disant : «C"est moi, mon fils, qui t'ai donné l'ordre de ne pas laisser ton père cacher
son talent dans la terre, mais de s'en servir pour le faire fructifier.»2 — Lorsqu'il
eut entendu ces paroles de ma bouche,3 il commença de parler en disant : «Je te
dirai un autre grand prodige qui est arrivé. Je me le rappelle ainsi : Il y a un mo-
nastère dans le nome de Schmin en face d'un village qu'on appelle Athripe : c'est
celui du saint apa Schnoudi l'archimandrite qui alla au concile d'hphèse avec le
saint Cyrille. Lorsque ce saint prophètedà fut devenu vieux, il désigna quelqu'un
(pour être) à la téte des frères : (ce frère) s'appelait Visa. Ce saint prophète apa
Schnoudi était encore couché, il se leva, il appela les frères, il leur dit: «Je me suis
vu, mes frères, moi qui passai une multitude de jours au concile, avec le saint Cyrille,
combattant pour la foi au temps où apa Macaire de Tkôou devait venir à la der-
nière heure et recevoir le salaire de la journée entière; je me suis (donc) vu cette
nuit en une vision. Le Seigneur était assis sur mon lit, me visitant. Je lui ai dit :
«Mon Seigneur et mon Dieu, ne peux-tu pas me donner de la force maintenant
comme autrefois?» — Le sauveur me dit : «O Schnoudi, est-ce que tu vivras aussi

1. C.od. Ave.K0.pi. — 2. Mot-à-mot : afin qu'il fructifie; amphibologie. — 3. Mot-à-mot : de ma
main.
loading ...