Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 111
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0217
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

1 1 1

eiy}£h 3en p<* HpoAuu (u20 eiuyon1 3eu tôs.ihiuj'^ HTViTOTrptM^2 ^hott 2i_e
muôvIccoav.^ e£pm UTeiu £^TOTen. ottou KecTno2^oc p^p n&ujcoTii MnevTeui iy^-
pon cenes.2s.e ot£>. epoi h£htc McppH^- n^pioc mtiiciiot eT&ioTfonpT eneTpoc ni^p-
^ieniciumoc ottoo •u.u&pTirpoc epe Tis.ujeii« q>H;5 picoT eie^Moui Arnica. & »Te
TôwUjeHu eimi mmcoot €2£.en MOTrepHoir 2î_e ht€ujt€m. ti^ccom^ cfcopn e&oTv. OTOO
e». (pu e«ott^fc mott^ ott£ihi mhiu^tt eTeMM^ir 2£.e noc «iav neT^q^e;* Ten-
yj^Hïi. ne2s_iii 2s.e ^pioc neTô<q(pe5 t^ujenn. ^uott 2i.e to ujenoTS"^ ic e^pioc e«,q^-
mohi auiiottôj ncèv «Te tôwUJ«hu ic necTopioc dwqes.m.oui Auiueoirdwi «c^ ow>p

ivTTCCOK MTtïHè.T dwTTqïCO^ tlTiN. UJÔHH ^Tq3Wp2SL MMOI eïI^IOOT K€M I\mH*v eeOT^fe
C 2s. MTipOCCOTlOH. ^HOT 2SL€ OTCOpTl HÊlIlCes. epèvTq MMdwHôwpiOC ïlieiUCilOUOC HT€
TKCOOTT OTOO Hes.ICÔv2S_I THpOT H*V.q m^peq^OTOTT epoq. CpH eTe.U.MôkTT Aie»

qnen.dJW.otti ttOTAveTAies.pT-ypoc 3*s. imdvO^\ (fol. i3o ue) Tvomott OTopnq £en oti-
(oc 2£.e HiujdJviujc ei2s.w7V.0H3 tcoothott e2î_coq 3ett neqeouj. totc nictoTHp e^q-

après cette grande vie, tu es dans ta cent neuvième année, depuis que tu as ce
grand service : maintenant quitte ce corps pour venir à nous.4 Or, il y aura un
autre concile avant que tu ne viennes vers nous; on m'y blasphémera comme a
fait Arius5 au temps où je me montrai à Pierre, l'archevêque et martyr, la tunique
dont j'étais revêtue déchirée. Je pris les deux morceaux de ma tunique, je les
ramenai l'un sur l'autre afin que mon corps ne parût pas. Et ce saint m'appela en
cette heure, disant : «Seigneur, qui a déchiré ta tunique?» Je lui dis : «C'est Arius
qui a déchiré ma tunique.»6 — Mais maintenant, ô Schnoudi, voici qu'Arius a
pris un morceau de ma tunique, voici que Nestorius a pris un autre morceau et
tous les deux ils l'ont tirée, ils ont déchiré ma tunique, ils m'ont divisé de mon
père et de l'Esprit saint (faisant de nous) quatre personnes. Maintenant envoie
Visa au bienheureux évêque de Tkôou et dis-lui toutes ces paroles afin qu'il les
lui dise (à son tour); car celui-là endurera le martyre pour la foi. Du reste, envoie-
le en toute hâte, car les idolâtres se sont levés contre lui dans son nome.» —

I. Cod. eujon. — 2. Cod. nA.TTOTp^ia.. — 3. Cod. iuuj&.Muje ic^coAtou. —■ 4. Je considère ces
paroles comme le commencement d'une prière qui répond presque mot pour mot à celle qui se trouve
dans le rituel catholique : Proficiscere anima christiana. Autrement la phrase est incompréhensible,
car Schnoudi ne doit pas encore mourir de suite. — 5. Mot-à-mot : à la manière d'Arius. — 6. Cette
vision est très connue : elle se trouve en détail dans le martyre copte de S1 Pierre d'Alexandrie, Cod.
Vat. 62.
loading ...