Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 112
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0218
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
1 12

E. AMÉLINEAU.

T0.0TO nn6.icis.2SLi eq>n eeoir6.£i 6.nô. ujenoir^ nmpo^HTHc oirog niè>.p^iM^\i-
s^piTHc 6.qujen6.q enujtoi emq>HOTTi. ne OTon ottiau 2s_e c6.neAV.enT AuiiMiooir
e-yujeMUji noirei2s.co7V.on1 eneqpeai ne noeoc eqT6.7VnoTTT eopm e2s_en otujotujt
3en oimi 6.iruj6.ngiû?v e3oTH £en mpo nTe mm uj^-y24.co&c eaLiooTr n^q enecnr
otoo nceoircoujT MMoq. ôwTTi OTrn n2s.e nmpecfnrrepoc nTe niAV.es. eTeAVM6.Tr
tcsavc n*.icoT e<>co& niften eTOTripi mmcoott n2s_e nige?v?VHnoc A\q>pn^ eTOTrcTioTi
nninoT2s.s nesTviooTi nTe m^xipicTie>.noc eiripi aiavcooit noircies. Auioimoir^ no^oc
Tvomon ôwTT2s.cop2s. eptoo-y noTregooTr esiT2s.eMoir empi n^-esHOAues eTTesgo nmes.-
Tvcooti nTe nj^picTiôvnoe eimu av.avcooi5" enujcoi noircies auiotthott^ £i2s.en
^ujhotti. Tvomon esTTesgo gô.n neAvnuj ii^rtoit ^.ttthitott e^npeTô.2 (rE") ottoo^
epe^eTev^ein3 avavoooit £en nees24.i ottoo esToirtott£ ^çcopic &escd>.noc eT2SLCo mmoc
24.e ^nuj^.HAv.oTT'^ eniROTrati nes.Tvcooin nTe ni^picTiesnoc enepo^Tv^ mmcoott n^
ncooT noesn Avepoc ncoin neAv. gesn en^çd^i hottcoav ujesTenooTno'y e£0Tm eoesn m*.
eTonn ococtc nceccoTeAv enoir&pcooir cesfcoTv oiroo nesipH^- ujô.n5coTe2i avauoot

Alors le Sauveur annonça ces paroles au saint apa Schnoudi le prophète et l'ar-
chimandrite, (puis) il remonta vers les cieux. 11 y avait un village à l'ouest de
l'eau où Ton adorait une idole, nommée Kothos, élevée dans une ouverture dans
une maison; si l'on entrait par la porte de la maison on inclinait la tête vers lui, on
l'adorait. Les prêtres de cet endroit vinrent à mon père, ils lui racontèrent toutes
les œuvres que faisaient les païens, comment ils volaient les enfants des chrétiens
pour en faire un sacrifice à leur dieu Kothos. Du reste un jour, on leur tendit
des embûches, on les trouva une fois faisant l'iniquité, prenant les enfants des
chrétiens, les conduisant en haut, victimes pour leur dieu sur l'autel. Du reste on
en prit un grand nombre, on les livra à la justice et on les questionna par des
paroles, ils avouèrent5 sans tourment, disant : «Lorsque nous appelons les petits
enfants des chrétiens, nous les trompons en leur donnant des morceaux de pain
et d'autres choses bonnes à manger, jusqu'à ce que nous les cachions dans un
lieu secret afin qu'on n'entende pas leurs voix au-dehors; et ainsi nous les égor-
geons pour asperger l'autel de leur sang et extraire leurs entrailles, afin d'en

r. Cod. nou-i^toTvou. — 2. Je crois que c'est une abréviation du mot npe.iTOùpion. — 3. Cod. &Tcp-

p , . •

^e-r^m (sic). Le mot est ainsi écrit ^D-e^e-r^m. Le p a ete ajoute par une autre main avec une
nouvelle faute _/>. — 4. Cod. ucpçeJv. — 5. Mot-à-mot : ils manifestèrent.
loading ...