Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 113
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0219
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

HTencwTq .unoircttoq e^ujHOTn ottoo tiTemm e&oA iu\otm^£t tiTencouoir nneir-
poc1 enenuie^p^2 oiro£ nTeM2s.co enertuoir^ hjShtot. ticcomô. 2s.e oh uj^HpoKoe^
nTettd,iq miepMi. .uea m&en eTenn^eMi 2£.e otoh ^pHMd, «omc H£HTq

ottoo uj^ntTi hottmhuj £eu nmepMi ivrencdo-q e2i.wq o-yog ttTett2s_co £en nenui-
«ô.pe^+ epe netiMes.£T nnii\o-y2s.i n^TVioom 01 nneirpoc epwcnr ottoç» £en ^-cnmoTF
uj^pe ni^pn.uev crcopit e&oA otoo tvrettCùA.i .uq>H eTeTenoirevUjq. neupH^- m-

pCOAU €Tdw1FTd^COOir ^ ^pHMfS. UI^HTOTHOOeM A\.^i ^pHAVÔ. tie HI^p-

^con «Te meouj eTeMMôwir.

(fol. 13 1 1T5) eTô.qcojTeja enfci »2s_e nies.cioc nenicucmoc dv&fces. M&.K&.pioc5 uto-
tott HrimpecÊnrrepoc dwqTcoitq d.qMOuji «eMcooT ïiô.hmouji 2s.e «e-we^q mior tieM
ueù ttniuj'f npcoMi. niTipec&TTepoc 2s.e & ^ttmouji 3^2î.coh. eTôwUi e£HT Se»
ïii£ouj hôvT e AiMiAioii' ôwUUôvTT eoTepqiei eTtpwoir? ne. r^ioot 2^e èoqMouji e£oim
encô». .uniepqiei ïies^cooir n^q n2s.e ïimpec&Trrepoc £1 2î_e ïi^joot -u^penoe HTen-
c^ftoÀ Av.nd.iM0v mmoh ceti^;ïoyre& mmoh. n^oq 2s.e ne^^q 2£.e eqonjS8 «2î.e
tioc 2s.e kôoi d/yuj&ïiiioTÊieT n"^n^Oto?\. es.u ujèaiT&uje e£oiTH epoq. ^qMouji e3oim

recueillir des cordes pour nos cithares et chanter nos dieux avec. Quant au corps,
il était brûlé, nous le réduisions en cendre.9 Tout endroit où nous savions qu'il
y avait des richesses cachées, nous prenions une grande quantité de (cette) cendre
pour la répandre dessus, et nous chantions avec nos cithares où les entrailles des
petits enfants servaient de cordes, et aussitôt les richesses apparaissaient et nous
(en) prenions ce que nous voulions.» Ainsi les hommes qu'on avait pris donnèrent
des richesses afin d'être sauvés, parce que les chefs de ce nome étaient cupides.

Lorsque le saint évêque abba Macaire apprit ces choses de la bouche des prêtres,
il se leva, il marcha avec eux; mais nous marchions avec lui, moi et deux autres
grands hommes. Mais les deux prêtres marchèrent avant nous. Lorsque nous
arrivâmes au Nord dans le nome, environ à cinq milles, nous vîmes un temple
magnifique. Mais mon père marcha vers le lieu (où était) le temple : les deux
prêtres lui disaient : «Mon père, quittons ce lieu de peur qu'ils ne nous tuent.»
— Mais lui dit : «Vive le Seigneur! quand même ils me tueraient, je ne m'en

I. Cod. nneu-pon. — 2. Cod. nenRu-e^pa,. — 3. Cod. uj^qpoR^. — 4. Cod. neim-ts-oivpè.. — 5. Cod.
m.&k&PI. — 6. Cod. avmitA.ioh. — 7. Cod. e$(ooTs- ne. — 8. Cod. Dte qon*. — 9. Mot-à-mot : nous le
faisions cendre.

'5
loading ...