Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 116
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0222
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
n6

E. AMÉLINEAU.

eecyèv& (K) d*nes. &hcô. fxquio7V.t> euipo uewoT s^e Muoirep otoo uô.q. u^oq 2^e
e^qcouj e&oTv. eq2s_io mavoc 2î_e ucc q>^- umô.uToupdwTC>p q>h eT^qms MueTpoc
eûoA^eu niujTeuo eq-u.up uueq2£_J2SL mch ueq76.7V.fc/y2s. €6.qepe "^uif7v.h 6.07roou
U6.q u6.tujoujt epe me-vaioirT1 hcai uim6.toi cmhot evpcoïc enipo oiroo 6. ni6.ir-
ueTVoe utc noe ctou 36.24.ooq uj6.Teqeuq eopHi €2<Len ^■uitTV.h u&eumi eenHir ekoTV.
e-^noAic ottoo eueepe U6.iepcpei otcou MM6.7T6.Tq. ottoç» £en ^"ottuott 3eu OTre-
r:6.inn6.- 6. nipo utc niepqjei ottcou c6.TOTq 6.qi e£otfu U2£.e q>u eeo75"6.îi 6.u6.
&HC6. ueM 06.u mom6/>çoc3 e?ru6.ep 16. npcoMi.4 eT6/ri 2s^e e3o?m u6.7ru6.7r epoooT
U2s_e uige7V.7V.uuoc 6.7ruj«K)pTep ottoç) 6.7rujcom McppH^- umioui nô/rx^t^çh âen
^■othott 6.7r£io7V.Teu eftoTv. otfoç) ue2£_e q>u eeo7T6.îi 6.U6. îmc6. Mn^iooT 2slc 6.ps
ottôvI £eu U6.j & le UTeuq" ^pwAi ut6.uj7V.h7V. le UTeuujTvuTV. utô/^ 2£pcoM. ne2s_e

U6.icot U6.q 2S-6 MMOU 6.7V.7V.6. M6.peUOOI ep6.T€u UTeUUjTVHTV. (fol. 1 3 3 7V.6.) £1 OT-
cou ueM ueuepuoTT uj6.Teu ui^pto.u i euecuT e&oTV/Seu Tq>e UTeqpcouo Muiep-
qiei. OTrog eT6.7rogi 2s. e ep6.TOTr 6.7ruj7v.H7v. 6. ottcmh5 ujojui 06.pcoo7r ec2£_co mmoc
ugoott 2s_e tott2s_€ euuoTT e&o7V;£eu q>po utc mepq>ei. eTi MU6.UTeuu<jû^- Mneuoo

nous secourra.» Comme nous parlions encore voici que le saint apa Visa frappa
à la porte; mais eux ne répondirent pas. Mais lui s'écria : «Seigneur Dieu qui
domines tout, toi qui as tiré Pierre de la prison, ses pieds et ses mains (encore)
liés, qui as fait que les portes s'ouvrirent à lui sans clef, les gardes et les soldats
s'étant endormis en veillant à la porte, et l'ange du Seigneur le précéda jusqu'à
ce qu'il l'eût amené à la porte de fer menant à la ville : fais aussi que ce temple
s"ouvre tout seul.» Et soudain la porte du temple s'ouvrit aussitôt à lui, le saint
apa Visa entra avec des hommes au nombre de onze.6 Lorsqu'ils furent entrés,
les païens les virent et devinrent comme des (statues de) pierre sans âme : aussi-
tôt ils nous délièrent et le saint apa Visa dit à mon père : «De ces deux choses
fais l'une : ou mets le feu pendant que je prie, ou prie pendant que je mets le
feu.» — Mon père lui dit : «Non; mais restons debout priant ensemble l'un avec
l'autre jusqu'à ce que le feu descende du ciel et brûle le temple.» Et lorsqu'ils
se tinrent debout priant, une voix se fit entendre7 au-dessus d'eux, disant : «Sau-
vez-vous hors de la porte du temple.» Nous n'avions pas encore tourné notre

i. Cod. iiieMiiOT. — 2. Cod. e^niim.. — 3. Cod. Çjmi aoth^oc. — 4. Cod. npco.M.i.M.1 (sic). —
5. Cod. ôiTtMH. — 6. Mot-à-mot : faisant onze hommes. — 7. Mot-à-mot : une voix fut.
loading ...