Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 119
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0225
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

119

OToeîicco ecqjepnooT eneccooir eM&ujeo 3eu tiottihi. nio-y^i Aveu omvepoe ne
hk&k op^^î ~eH neqqcoi nnveoTrea 2^e ue ottoh OTrmuj^- nqcoï CM2£.coq ne.u. ot-

ÎHUJq- MAVOpT. ' Tie2S.ôwq KHI 2S.e 2s-I0Cïl0p0C Mne\VCOTT(OHT 25L€ &.HOH mm.. &.HOK

2s.e î162s.hi nô.q 2*.e AUpn nôvoc. (7V.2sJ ne2£_dvq khi 2s_e eaiou ne iwmihhc nujupi
tt'jô>.^e».pièk.c TdwMôvir Te e7V.icô.ÊeT TCTupenHc MM&.pi&.M ôA\.«v-y Mn^çc. n^con
€Teïui*v7r epoq ne eTViceoc ninpocpHTiie cpn eT^q^- mioott e2s_eu neu2s.i2s. uiuVievc
oirog 6. neqnues. ntoft e2s.coq. otoo ct^ nenccoTHp OTropnTen eepenceTV.ccoTV.R otto£
«TeuecooeM .unôvi;Se7V.7V.o upeAi tucoott 2s_e2 Me^u^pioc 2s_e otthi epe neqecoM^ ti&-
ujconi ^ô^Ten q>ton. eTôviTionT 2s.e efeoTV&eu nioop^Mô.. &.megci MMoq ottoo êa2s_co
epoq MnioopevMôv eT^m^ir epoq. ôvqep oirco H2î_e evn*\ MevKô.pioc3 eq22.cc maioc
«ni 2s_e &.KOK mm &.kok 2£_e epe H&.K&.C n^oiroo 5^Ten K6, ninpo2s.pow.oc utc
n^e hçm cpn eTôw ninn& iiTe hAjôvC kcoîi e2î.coq.

oTOg eT&ni 2s.e eni^po iiôvqoTreo^ ncion ne H2s_e cpn eeoires.£i ôoiôw Me».ïiô.pioc^
epe g&.u ojitoc evA^-M. Toioiorrq. e^qep otco n2s_e neTpoc ni2s.id,j\con ne22.ô.q n^q
2s.e jaèvHô.pioc5 ^pifpopeiu" noevu o&toc eTT^iHOTT (fol. i35Ae) 2s_e en-

d'habits glorieux, beaux grandement de leur visage : l'un était chauve et sans
sourcils dans sa chevelure; l'autre avait une grande chevelure et une grande
barbe. 11 me dit : «Dioscore, tu ne sais pas qui je suis?» — Et moi, je lui dis :
«Non, mon Seigneur.» — 11 me dit : «Je suis Jean, fils de Zacharie, ma mère
était Elisabeth, la cousine de la mère du Christ : mon frère que tu vois est Elisée
le prophète qui versait de l'eau sur les mains d'hdie et sur lequel son esprit s'est
multiplié. Et notre Sauveur nous a envoyés pour te consoler et pour inviter ce
vieillard habitant de Tkôou, car certes son corps habitera près du nôtre.» Lors-
que je me fus levé de la vision, je m'assis près de lui et je lui racontai la vision
que j'avais vue. Apa Macaire répondit en disant : «Qui suis-je, moi? pour que
mes os reposent près de ceux du précurseur du Christ et de celui sur lequel l'es-
prit d'Elie s'est multiplié.»

Et lorsque nous fûmes arrivés au rivage, le saint apa Macaire nous suivit; il
portait des vêtements sordides. Pierre le diacre prit la parole, il lui dit : «Abba
Macaire, revêts-toi d'habits honorables, car nous allons aborder le roi.» —

1. Cod. nMopT. — 2. 2£.e a été ajouté postérieurement. — 3. Cod. MeiHa.pi. — 4. Cod. M&R^pi.
— 5. Un espace vide laissé a été rempli par ^ovucvpi assez récemment. — 6. Cod. evpi'\>opm.
loading ...