Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 125
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0231
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

125

e\qge.wei hcm nicTp^TeTM^ uj^Te q>pn ocûtii. ctès. po-yoi 2s.e ujconi evqep me-
2s_copg THpq eqwouji ucm ixicTpd.TeTrMev ecri e^-no?\.ic Mqm^ir Mmomoini hcot
ues. tiTio&i MHôwïiTe gTVi cau. îii?\.evOc 2s.e Tiipq n^TreoimT e^orni e^eiui\Hciôv
(m&) ut€ q^cid,. Mô.pie\ £eu q>iooi moce*q>£\t. uimôvTOi 2s.e e^imay^- e^-eïuYA.Hcie\
loir&endJÎVioc1 2^e q>n eTOTue^poKoq «cm neqc^iM j£en qr^eemià. ïitc m^ptoAV
e\qSb2£.i ivqevÀHi eopm e2s.ett ni«ponoc ottoo e\qwuj e&oTV. £en otuiuj^ iicvih
eq2s_w jw.av.oc 2£_e euuoir uni c^aih^ -u.n^irTV.oc niuevTd^iKoc qm eTèvqujoujT.

Ti^OTTO2 2s.e AiniTpiCôwPIOC AUimôvlF eTeMMÔvTF àv.MOC3 2£_e ÔOMOC O e^eOC €T€

q>e\i ne 2£_e ^çcnrevft q^ eoMoc ic^-ypoc eTe q>e\i ne ^oTèifc q>H eT2s_op ôjcmoc
evoevttôwToc eTe q>da ne 2s_e ^çoTrevft niev&Moir o cT^-ypcoeeic 2^.1 h.ucxc e7\.eHCCH
n.uevc eTe q>e\i ne 2S-e q>H eTexTrepcTev-ypconeiu* .UMoq £e\pou nexi neai. ne\VA.oc
2s.e ninevTpiKioe tiexq^K gooq neAuooTT ne Mnm^T eTCM.u.evTr. eT&qccoTeM 2ve
enine\pe\ïvoAioe eqTô.OTO Aineqpe\n e^qqo2S-q 01 tcw muavhuj e\qi AineqM^o ne2s_e\q
ne\q 2s_e <mnne &.noii. ne2s_e niixceîmc eTcooiropT u- (fol. 13g mit) niAV.fc.TOJ 2s.e
euYïTq £>OT&eq 2*.e exqeev^i e£oim eope neqAv.ôaiecoocnr. &.qep ottco n2s.e n&.VA.oc

Lorsque le soir fut arrivé, il passa toute la nuit marchant avec l'armée, ils arri-
vèrent à la ville au matin, le vingt et unième jour de Tobi, sans que personne le
sût. Et tout le peuple était réuni dans l'église de Sainte Marie dans le champ de
Josaphat. Les soldats entourèrent l'église; mais Juvénal qui sera brûlé avec ses
cheveux blancs dans la géhenne du feu, se précipita, il monta sur le trône et cria
d'une grande voix, disant : «Amenez-moi au milieu Paul, le coupable qui m'a
injurié.» En ce moment on chantait le trisagion : agios 0 Theos, c'est-à-dire, tu es
saint, ô Dieu; agiosischyros, c'est-à-dire, tu es saint (et) fort; agios athanatos, c'est-
à-dire, tu es sàint (et) immortel; 0 stanrôtheis di'imas, eleison imas, c'est-à-dire toi
qui as été crucifié pour nous, aie pitié de nous. Paul le patrice était aussi avec
eux en ce moment. Lorsqu'il entendit l'impie citer son nom, il s'élança en avant
de la multitude, il vint devant lui, il lui dit : «Me voici.» L'impie maudit dit aux
soldats : «Saisissez-le, tuez-le, car il a parlé contre son pasteur.» — Paul répon-
dit en disant : «Jusqu'à ce jour, tu as été mon pasteur et mon maître; mais au-

1. Cod. 10-yfieimù.Xioc. — 2. Cod. ii&tt&u-o. — 3. Cod. Ces deux mots ont été ajoutés postérieure-
ment. A la marge on lit cône. — 4. Cod. epcTATrpwiiiii..
loading ...