Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 132
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0238
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
l32 E. AMÉLINEAU.

MôwUTeqewoT5"^ hcm nuo neiiiciumoc ottoo .uïieqoircoui ci eecocnr^ ucmcoott
(fol. 142 g^) eepeqq^ hcai uecTopjoc 2s_e q>èa neqïi^pHuopi^ ne otoo eq^H 3 e».
neqeponoc £eu ^-oirttOTF e^Trc£dwi ttôvq 2s_e eunsur^ ndwuj npir^ mucta. necropioc
coîik neM^q eneqTevuo. ïn&oq ss^e d^qc^êa nioo-s- Auiic5\w£io?vott nTe iteqn&o^-

OTTOO_ .U.n07T2S_eM oTV.1 «2S.C OTTôv tl^HTq OTTOO d/TCSdkl HTeqHiS.e^ip€cic1 MTlôvipH^

nico nenicuonoc enc5&.i2 e&oTVoiTOTq AuietmdwTpi^p;)£.Hc 5VTrpi7V.7V.oc n&.iv&.iuoc
nienouec^peTTc en\nc5w ii^u ococ p^ipeTiuoc3 e^TvTv^ ococ ^tccotcu. «.«eiv^e».
2î_j2i. e2s.en 0A.1 npcoMi euepq>opem4 ococ enicuonoc nneivq>coujen 2s_e noir^çei-
pcoTonie^5 gcoc eiucuonoc eiycon oim q>^ oTreoyiv oirop avavo» KdtKidt iiShtk q>^
tidoymi nce^ q>ip.uoc q>H eTdkH«eayq «Teq^voTr ottocj eReujcoîii pi22.en neueponoc
•vuieupH^-. m.nôwHT€ cocï5. 2s^e ujcom q>q- ccotcav eirrcoftp tidwKA.iuoc <pip- (^h.)
moc mott Jw.iT.dkH.Te 2s. npoMiii 2s_cou eftoTv ottoo e^qoeAvci pi2s_eu neq^potioc
Mq>pH^- nuiopii on.

Md^pencpipi enitie^tt CT^nuie eK<x>rtcT^vnTmolmo?VIc^, oitch noirpo M.wea ttoT$"^

car le synode le manda à son lieu d'assemblée avec les huit cents évêques et il
ne voulut pas s'assembler avec eux pour combattre Nestorios, car il était son
consolateur, et il était assis sur son trône. Alors on lui écrivit : «Quelle est ta
foi? Nestorios ne t'a-t-il pas séduit avec lui dans sa perdition?» Mais Acace leur
écrivit le symbole de sa foi et ils n'y trouvèrent point de blasphème, et ils écri-
virent ainsi sa condamnation : «Les huit cents évêques écrivant par ordre de

notre patriarche Cyrille à Acace le.......; nous ne t'écrivons pas comme (à

un) hérétique, mais comme (à un) désobéissant : n'impose les mains à personne
te comportant comme un évéque, ne fais pas d'imposition de mains comme
évêque. Si Dieu t'aime et qu'il n'y ait point en toi d'iniquité, il visitera Firmus
que nous avons établi (à ta place), afin qu'il meure et que tu sois sur ton siège
à ta manière.» Mais avant qu'il y eut retard, Dieu entendit la prière d'Acace;
Firmus mourut avant que quatre ans ne se fussent écoulés, et (Acace) s'assit
sur son trône comme auparavant.

Racontons l'heure où nous arrivâmes7 à Constantinople près du roi aimant

l. Cod. u^ôcpccic. — 2. Cod. ncSiM. — 3. Cod. çepeTmoc. — 4. Cod. enep^popm. — 5. Cod.
^çipcoa^oiuô.. — 6. Cod. entocT&nTmoTTioAic. — 7. Mot-à-mot : l'heure lorsque nous arrivâmes.
loading ...