Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 134
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0240
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
134

E. AMÉLINEAU.

24.e qon3 n2£.e noc me ivjçc 2s_e ^nevi e^oirn ô>.u uj£aiTOTrco?V.i Aiq>pd>.u nnecro-
pioc eûo7V.pi2i.eti nme^oi. ottoo ne22_^q AUiOTrpo 2s_e ^hjvtt eTJs.ioemtou1 2s_e ott
neTcSHOTT epoc. noTpo 2s^e es.qoT^£c^Oïii eepoTrqco-^- efroA Av.q>p^n nnecTopioc
eftoTV.oj22.en miidtgi ottocj ^qepoTs\u.OT5-^ epoq 22_e2 ôai^peawmc3 ottoo ô^qepue-
A€xrem+ «22_e noirpo 22.e (pu eTOTruèv22.eAv.q j£eu iii^pieTi^vïio.c5 eTrMOTS"^ epoq
22_e (tx) uecTopioc eqeujcom eqp^ÛHO"yT eq>MOTS\ oirop sc22_eu megooTT eTe.ujw.ô.'v
ôvTTMOTTi epoq 2s.e sveROTrpicon6 otoo nd>.qoTOMO eftoTv .Seu ^tô^jc ne eefte
Teq.w.eT22.(ijpi. ic estime? otïi ôvïTô>AU>}Tett 22_e e»fte ot uc>ooft ^tmot^ epoq 2s.e
.Mi^pdo^tkc8 ottoo eT^t^oefteq esceu TimdwO^- ^qe?v ^HSs.pja^TeTcQ.

4tlOT 2v€ OU eT^MCOTetl eTI22_C0R HèvTliv TVOCtMUOC à.?V?V^ Ï1IOCO& OI &.ttdOMlH.

epoi eep q>AieTi MneeoT^ft ôjplôv m^u^pioc eqoi Auppir^ noT^pooM eqAv.og
£eti ïi^cô^otu. Hôwi 2s^e THpoT €Tôvtiq>ipi epcoo-y ^vTrep A^pTTpoc e2s.eu cpp^n
aiîi^c neA\. mnes.^ nopeo2s.ogoc otoo A^Kevpioc ocoq q>&.i eTdaiep ujopn ncpipi

disant : «Vive le Seigneur Jésus le Christ, je n'entrerai pas avant qu'on n'ait
enlevé le nom de Nestorios de dessus la terre.» Et il dit au roi : «Vois cette
statue, qu'y a-t-il d'inscrit sur elle?» Le roi ordonna qu'on détruisit le nom de
Nestorios de dessus la terre, et il le fit appeler Andragatès, et le roi ordonna
que ceux qu'on trouverait s'appelant Nestorios parmi les Chrétiens fussent sujets
à la peine de mort; et depuis ce jour on l'appelle Decurion, et il se manifesta
dans son rang à cause de sa vaillance." Voici donc que je vous ai dit pourquoi
on l'appelait Andragatès, et lorsqu'on le tua pour la foi, il fut (vraiment) An-
dragatès.

Je veux aussi vous raconter la mort d'apa Longin; mais (mon) sujet me force
de faire mémoire du saint apa Macaire qui est comme un feu ardent remplis-
sant ma poitrine;10 et tous ceux dont nous racontons la vie ont été martyrs pour
le nom du Christ et la foi orthodoxe, et Macaire lui-même dont nous avons parlé

i. Cod. eTAiçiRwit. — 2. Ce mot ace qui accompagne toujours le verbe mot-\- a été omis. — 3. Cod.
A!i3^piwiii\THC. — 4- Cod. ikqepKeAeTm. — 5. Cod. ni;>£pHCTia.iioc. — 6. Cod. 2*_eKOT-pioc. — 7. A la
marge on lit écrit d'une autre main : niMa>oy ncon hcouj nTjs.q. La troisième fois de lire (ce livre),
c'est-à-dire que la lecture était coupée en plusieurs sections, et que la troisième commençait ici. —
8. Cod. èkH^piwK^THc. — g. Cod. j^iip{v.K«>.Teirc. Je laisse les deux orthographes dans le texte, parce
que je n'ai pu trouver ni le personnage dont il s'agit ni un nom semblable. — On a ajouté ici à la
fin de la ligne x*-11 cfioA. — 10. C'est-à-dire il devint aussi célèbre par son courage que le compor-
tait la dignité. — 11. Mot-à-mot : qui est comme un feu ardent dans mon intérieur.
loading ...