Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 138
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0244
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
1 38 E. AMÉLINEAU.

«Te Teq.u.e«noTS"^ avoo AuieqccoAVôv irreqïpi tmi2£_OAv THpoTT. ex.no k 2^e e\iep ottco
ne2£-Hi ne\q 2s_e nevicoT &.hok HTrps?V7V.oc eq2s_co' mwoc 2sl€ AuppHq1 MTClkeTCITCI
eujooTC iiT^irettq e&oTv^eti TCi^pcoA*. eqqioci TCTe\TTOiOTTi e:x.ooq AuuexrceHp 2*.e
Mïi^pe ni^pcoM epû.7V.ès.cTem2 oTVr oiTeti TCi2£.moioTTi estcoq av.TCie>av©iip. q>eu ne
a\.q>piv^ neAveetioTr^- Ainp ne.vv. TeqAveTpcoAU ecepuornconein3 emSici eTevqujo-
tcott tc€av. niujq>Hpi coitcotc (fol. 146 oc") 3en OTTAi.eTOTTe\.i Hô,eq>cop2s.. nexi 2^e

€T^I2S_OT07r es.TTTCOOTTttOTT Uï^p^ieHICJVOTlOC il 6 AV. ttieTCICKOTCOC H6AV TCCC025.TC

h^-cttcmiTVhtoc Tupc evcouj ekoTV. eT2s.(o mwoc 2£_e duVHecoc q>ne\oq- ns^iocuopoc
eeiieaieq ottoo avaioïa gTVi ne\2£_m n£HTq ott^poq ne cpuevo^- Avqi?V.esvCiie\noc+ &non
etuie\0^5 •u.qjpjv^ AvneniWT sviocïvopoc. e\no\v ^.e epwoTT UTe\2£.i2&. 2s_e

2£e*. pcoTen ccoTeM tcicTV.. ottoo er^tt^èv poooTT ne2£.Hi tccoott 2s_e TeTeimes.^ eni2^
neTres.cce?VioH. ne2S-CooiT khi 2£_e ce TennexO^ epcooTT q>H eTetiquesO^ e\« enix
neTTèvU^eTVion qiea ott^picTi^noc6 e\H. esiep ottco ne2s_Hi »coott 2s_e jie\A.coc e^pe-

TeU2SLOC OTTOO AVTCIttes.1T OTTtt eTe\TTee\OAie ikc 6TCIOOTC eTivTTeêvOMeq choc ttOTT^- Uje\tt

otoc piOAu. e^Trep ottcù tcc:x.cùott hhi 2*.e £toc pcoAU. eaiosv 2s_e eaep ottco tc62slhi

son affliction, après que sa divinité eut rempli son corps pour faire tous les
miracles.» Moi, je répondis, je lui dis : «Mon père à moi, Cyrille, dit : «A la ma-
nière du fer, si on le sort du feu tout cuit afin de le battre avec le marteau, le fer
ne souffre en rien d'être battu par le marteau : ainsi la divinité du Christ et son
humanité ont été unies dans les souffrances qu'il a endurées et les miracles (qu'il
a faits) dans une indivisible unité.» Lorsque j'eus dit cela, les archevêques, les
évêques et le reste du sénat entier se levèrent en s'écriant et en disant : «En
vérité, la foi de Dioscore est bonne, il n'y a point en elle de souillure : c'est une
tromperie que la foi de Flavien; pour nous, nous croyons comme notre père
Dioscore.» Mais moi, je leur fis signe de la main, disant : «Taisez-vous; écoute,
ô Israël.» Et lorsqu'ils se furent tus, je leur dis : «Croyez-vous aux quatre évan-
giles?» — Ils me répondirent : «Nous y croyons : celui qui ne croit pas aux quatre
évangiles n'est pas chrétien.» — Je répondis, je leur dis : «Vous avez bien dit.
Quand on invita Jésus aux noces, l'invita-t-on comme Dieu ou comme homme?»
— Ils répondirent, ils me dirent : «Comme homme.» — Et moi, je répondis, je

I. Cod. qscco. — 2. Cod. ep£<V&.CTiii. — 3. Cod. ecpnoiiiconm. — 4. Cod. Avç\iX*.-r£!iiMioc. —

5. Cod. Illl<\Oj\\ - 6. Cod. OTT^pHCTUSIlOC.
loading ...