Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 139
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0245
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

l39

ucoott 2s_e nev\coc ^peTeuss_oc ottoç» Av.n1n0.-y eTô.qope niAicoo-y ep Hpn (OET) ctô.
n0.iAv.nm1 ujtoni efroTVoiTOTq oùjc uott^- 1e gcoc pcoAu. otoo_ <^ep otoo nessLcooir
uni1 2î.e niocoû. cryouc) e&o?V. 2s_e 000c tiois"|. d.non 2s^e ne2s_Hi hcoot 2$.e wne
TeqAv.eeiio's"^ qjcopss. eTeqAv.eepcoAu noTrcoTrecy htc oTpim nfrd.'A. ic cmnne 0.1-
Tô<oe ©hiiov ^en pcoTen epeTeuoi mm«epe n^Av.eeAv.m. ottoo eTev-yccoTeAi e«ô.j

d.T^\L^ pCOOT av.n07Tly2S_eAV.2s-oav. nCd.2s_i 116mhi 24_e mmohtot5* Cô.2£_i av. av. 7f 622_C0.

ïucnpikcott2 2s^e neAV mciTVenTi^pioc3 hcav uipeqieH2^d.pioc4 neAv. mcrynesToc hcm
tiiTidvTpinioc ïiô.ifc>ouj eftoA THpoT 3en erymuj^- ucaik eT2s_co av.av.oc ss_e .u^pe
noirpo Mtt£ lyd. eneo mmoh Hd.O'f AV^pH^ Avqjfc. 2^iocuopoc av.av.oh 0A.1 n0.2s.n1
n^HTq epe ninocAv.oc TKpq caiout eefte q>da oiotti c^&o?V av.av.oïi nnd.m'A.^noc
(fol. 147 og) ■^-w.d.ni^çèaoc5 -^rcenopeqep oôJA.6 av.av.ou H2S_e necTopioc d.q<5ei ^p
tt2s_e necTopioc ^qovcouj ecoivren H€av6.q eneqT0.no 07f2sl£<a no-ypo .ckirotc ïatc
moTTOCop. tiM cve £en n:x.mepoir2s_ot07f 0. noirpo uiav. eni.u.nuj HTeq22.i22. e^vpoir-
y^d*. pcoou* otfoo nceSl caih. neste ncypo nni 2s_e treon ma\.ôlTt&.tr ctS'oci £eu ne.ui

leur dis : «Vous avez bien dit. Et lorsqu'il changea l'eau en vin, ce miracle vint-
il de lui comme homme ou comme Dieu?» — Et ils répondirent : «11 est évident
que c'est comme Dieu.» — Je leur dis : «(Donc) sa divinité ne s'est pas séparée
de son humanité l'espace d'un clin d'œil : voici que je vous ai fait témoigner vous-
mêmes la vérité de votre propre bouche.» — Et lorsqu'ils entendirent ces paroles,
ils se turent, ils ne purent me dire une seule parole, parce qu'ils n'avaient plus à
dire (même) une parole. Les scribes, les silentiaires, les référendaires, les consuls
et les patrices s'écrièrent tous d'une forte voix, disant : «Vive le roi éternellement!
il n'y a point de foi comme celle de Dioscore; il n'y a en elle aucune souillure.
Le monde entier est d'accord là-dessus : chassez ces hérétiques manichéens. Que
Nestorios ne vous abuse pas; car Nestorios est tombé, il a voulu vous entraîner
dans sa perte : ô roi, sois sain et sauf des embûches de ces chiens.» — Lorsqu'ils
eurent dit cela, le roi agita sa main à la multitude pour qu'elle se tût et écoutât
ses paroles. Le roi me dit : «Toi seul, orgueilleux en (ta) connaissance, tu parles

1. Cod. ns.q ce qui est absurde. — 2. Cod. me = Kpificon. Bel exemple de la valeur de la ponctua-
tion. Ce mot est le scriba latin grécisé à l'égyptienne. — 3. Cod. îueeA.ciiTi'.pioc. — 4. Cod. npeqeit-
ep 2^

Ti.pioc corrigé aussi iipeqeivrcpioc (sic). — 5. Cod. mmaki^ccoc. — 6. j'ai lu epoAi : la copie de
Tuki donne : epo^A. M. Revii.t.out a imprimé £8.22.1 (!).

18*
loading ...