Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 143
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0249
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

143

eT^qepe m&ô.?V. trre mk^ATVeT hô.t eMÈoA otoo «vqTOTrfto1 hii\ô.v\ ceoT eueTOTÎio
aiti&mhihi eTos nes.cco.u^. ottoo c^TOTq e^qTOTFÎio n2s_e niceoT ôwqujcom £en
ïièvOTr^u MnecccoMèv THpq. mcx6A.^CTmoc 2s.e neM Teqco(iAU ôvTti eïmi ïiTVottk^c
nmpecîiiirjTepoc eviroiToir e£pm £d>. n(i)5ô.7V^-y2s. Hdwkkfc. M&.K&.pioc2 d>.Tro-îrco(ujT)
AVMoq. .ueueuecoc ne^cooir u^q 2£_e n(en)icoT mmoh u$2slo.u. noirkdwKi e^con
ec^H oi2s_eu ottiooit (o7r)2^e Mn^TrS'epe ottSh&c nce^ô^q £d>. OTS\ueuT èvTV.TV.ô.
«uj^^X^fà) oi25-€h ^TV-Tr^tue*.3 «^t^ ïicô>.2s.i (AvineuccoTHp n^c ^kï e-reaïio'A.ic
5e« oiroeîicto ecoeftiHoirr èam^uje eu- (nfe) ceAccdTV* AuppH.^ noTr^cce7v7V.oc

tire q>^- ottoo .une qv^ X0"11 euxHn ^7V?\.^ ^qoTonou e&oTV. (k)&j 2s.e e7T22_co
-UMcooT dvqTconq H2s_e ^ût&èv .u^ue^pioc5 ne2s.ôwq hcoott 3en OTT2s.conT 2s_e e^toTen
«eMHi ie ott ne n^oto& ne.ucoTeu mji eui e/Soiru eneTenui eueo. (n)e2s.e mc^o-
'A.^ctiuoc Hè^q 2s.e kah Mnesu e^oirn enô.Hi £eu niccoMes. ^7V.?V.èv hiom.ot ivre q>q^
«eneAiMi èvqT^?V5b kt&coijui. (.uiqjcop nôwoc .unepe-uftou epoi 2s_e &.nou ou*6
edoTV^en neun^o^-. (n)e2s.e ^Ci£i6. .u.^uà.pioc7 nèvq 2s.e m\ coott Aiq^ neM tcr-

(ce) vieillard qu'a touché la main de mon mari, qui a fait voir les yeux des aveugles,
qui a guéri la lèpre, guéris cette marque qui est sur mon visage.» Aussitôt la lèpre
fut guérie : (l'endroit couvert de lèpre) fut de la couleur de tout le corps.8 Mais
le scholastique et sa femme allèrent à la maison du prêtre Lucas, ils se jetèrent
aux pieds d'abba Macaire, ils l'adorèrent. Ensuite ils lui dirent : «Notre père, il
n'est pas possible qu'une ville placée sur la montagne soit cachée; on n'allume
pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la place sur un chan-
delier selon la parole de notre Sauveur le Christ. Tu es venu dans cette ville
sous un humble habit; mais tu t'en iras orné comme un ange de Dieu et Dieu
ne t'a point caché, il t'a manifesté.» Pendant qu'ils parlaient ainsi, abba Macaire
se leva et leur dit avec colère : «Que me voulez-vous, ou qu'ai-je à faire avec
vous? Suis-je jamais allé dans votre maison?» — Le scholastique lui dit : «Si tu
n'es pas venu corporellement dans ma maison, du moins la grâce de Dieu qui
est en toi a guéri ma femme. Non, mon père, ne te fâche pas contre moi, car
j'ai la (même) foi que toi.» — Abba Macaire lui dit : «Rends gloire à Dieu, ainsi

I. Cod. ivqTO-s-Êo-.j. ■— 2. Cod. M.&.H&.pi. — 3. Cod. — 2. Cod. <M\u6.ujeiis,H eHiiivujeiicvK

€KceA.cùi<\.. Il y a une répétition fautive. — 5. Cod. j\&.Re<pi. — 6. Cod. OTs-efioAscit : ce qui peut aller
à la rigueur. — 7. Cod. M&u&pi. — 8. Mot-à-mot : elle (la lèpre) fut de la couleur de tout son corps.
loading ...