Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 144
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0250
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
i44

E. AMÉLINEAU.

cpiAU e^.en moT2s_d.i eT^qujconi nê\c. evnou ce^p wiok OTe7Vô/)<MCToc (oir)op
d\ nequjmi uje eftoA^en (t)no'A.ic -mpc oirop ds. p^n hiujc^) auuhuj «koot-^ Aiq>-
pH-f (u)m^TtocTcAoc.

(evc)uj(ons 2s.e on no-yepooT i*. ni(e«.p)^senicKOTioc nre KWHcT^KttTmol^Ilo'^.Ic,
OTcopn nccon e(T)KevOO?\.nm emidwgic evJ^-po (e)e\&£id>. A\.fc.ne*.pioc2 pins, rtTeqi ne-
(m)«*.k n«oq !^.e AUiepoTOOiy ei. (fol. i5o ne) eT£>.ttopi 2^e n^-po epoq a\.ouic
ecoT MneqpHT e^peqi neAv(dvn) exTroTCopn p^n jieTe£mcoo(7ri) ne\tt pmes. ttTeite\-
Ahi epcooTr. exuoïi 2s.e ne2î_ni n^q 2s_e nesacoT t^Aoïv endviTeÛHH tt\eivr(i)iiH.
n^oq 2s^e ne2s.e\q hhi 2S.(e) eujcon ê\.iuje\n.u.o7P TivTVoi epoq èvhoji 2^.e eio«£ ^ni\-
Te\7Voi epoq o^rop d>.me^ euH (e)Teq2s_co mmcoott khi. «\iep otco ne^q eiAUjuji
22.e ni3(e7V.)7V.o neoïi een^ cavott ne^n (m)q>ooT. ne2s.e\q hhi 2*.e mmoïi n^oc
nicoT evïtou i\n ne eattevTr epoi jS(en) nevi e:x_copp epe oto» OTrpco(Au) 2s_co ma\.oc
«hi 2î.e Mivuevpioc3 (m)nep5i caiott HTOTq tipAi np(w)AU e&h?V. ivrenS"! HTOTq
n(^i)ocKopoc. eTexH^es. ^-cirtievgic e&oA ô.ni e(m)Mô. eud.crévTV.HO'yT mmôwT m(ev-
Aot) HciOTp AucevuTV. i ujevpon c\qT(ev)a\.oti eq2s_co ai.uoc 2s_e ic 2^. nepooir a\.q>oo7T

que ta femme, pour la guérison qui lui a été donnée; car moi, je suis un minime.»
— Et sa réputation se répandit dans la ville entière : une grande foule se ras-
sembla comme pour les apôtres.

Il arriva un jour que l'archevêque de Constantinople nous fit mander pour la
cynaxe catholique : je priai abba Macaire de venir avec nous; mais il ne voulut
pas y aller. Comme nous persistâmes à le prier, à peine pûmes-nous le décider
à venir avec nous. On nous envoya des bêtes de somme pour monter dessus ;
et moi, je lui dis : «Mon père, monte cette bête choisie.» — Mais il me dit:
»Lorsque je serai mort, fais-moi monter dessus; mais vivant je ne monterai pas
sur (elle).» — Et je compris ce qu'il me disait. Je lui répondis en marchant :
«Vieillard, c'est toi qui nous donneras la bénédiction aujourd'hui.» — Il me dit :
«Point du tout, mon père, ce ne sera pas moi. J'ai vu cette nuit, il y avait un
homme me disant : «Macaire, ne reçois la bénédiction de personne, à moins que
tu ne la reçoives de Dioscore.» Lorsque nous eûmes fini la cynaxe, nous allâmes
chez nos hôtes : le jeune eunuque Misaël vint nous apporter une nouvelle, disant :
«Voici quatre jours aujourd'hui que le roi a envoyé chercher Nestorios en exil :

I. Cod. HT6 RûJCTiMtTIltOTTto\lC. - 2. Cod. M&K&pi. - 3. Cod. .^MlMfl.
loading ...