Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 145
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0251
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

ic2i.eu (e)Tôw ncrpo oircùpTi «cev nec(To)pioc ;ieu ^-e^topicries. ott(oo) AUII€.U.I UJ£v
q>ooir ^ii emMioTen. Tie2£.e ni*eA7V.o n^q 2î_e ;s.ie.ui o(^) (lux.) n^ujupi
qtt^2£.e.uq ôwïi eq(o)n£ tt2s_e Tuftepe2s^s.pioc1 112*. (c)^p .vuiiô>.ce&Hc eTeMMevTT
ne qjocry ic2s.en eTevqMOTT *e«cnr(oo)oTr mmgtg&ihu eooTe pcoMi fm)&en. (ex.n)oîv
2s.e ne2s.n1 n^q 2s_e eaieMi eton (n)ea(OT. (n)e2î_dvq ïihi 2s_e ic niMô,o 2s. ne2s_copo
(i)c22.en eTôvin^tt epoi ei^H £en mu^cTpou utc ïicTTMftoA2<l (ô>.)kor h€m q)H
eeoTevfe Miipoq>n(t)HC sate^ ujeuoTT^- (q>H) e-r^nep cnrcopn nctoq eqVyM02^oc ^h-
2s_eMq eTôv neqcu>Av.&. ep (cv)t2slom Miiequji tieAidai £en niccoMô, dvATV^ ô^qi hçmmi
5en nmn&. ottoo ^ih^tt ococ epe necropioc (c)es.2s_i neA*.es.q 2£_e e^TViovi tm&vjç/pH)-
Mis. HTeucopoTT nmoimi. (n)eeoTTd>.& 2^e M.iipocpH.THC ô^ti^ (uj)ettOT$"^ ne2s_evq n^q
22_e evpi o(m)o?V.ouem2 2te ottmô>.c hots"^ Te Me>w(pi)^ qhxe^p^enoc otoo e^noii qHi^-
(th)itott htotr. (ïiid^ce&HC 2s.e eTe.u.u^Tr tiecroipOoc e^qep oirio 5eu neq'A.^c
(eT)ujoimj^Tq eko\ 2î_e ceep co (tOeniciumoc .u.i\o-yujecoT mïi^(o)kt e^pi2£_co

MîlôvIC^25_I «eOK (e)-o-tt*».e-(0t MTT^OKT €^pi2Î.OC 2S.6 ^ (oTT)cOIMI MICI AVq>q\ Kôwl

2s_e eTô.q- (fol. 1 5 1 ne) toto3 nesLe Tu^eATVo eoiis. ujenois"f n^q 2s_e «eoii ott^h^-

je ne l'ai su qu'aujourd'hui, je suis venu vous l'apprendre.» — Le vieillard lui
dit : «Je le sais aussi, mon fils; mais le vérédaire ne le trouvera pas vivant, car
c'est le quatrième jour que cet impie est mort dans la misère la plus grande
du monde.»4 — Mais moi. je lui dis : «Comment le sais-tu, mon père?» Il me
dit: «Voici quatre nuits que je me suis vu placé dans le camp de Bsumbeldj, moi
et le saint prophète apa Schnoudi, celui que nous avons mandé pour le synode
et que nous avons trouvé sans force;3 il n'est point venu avec nous de corps,
mais il est venu avec nous d'esprit. Et je vis que Nestorios parlait avec lui disant :
«Prends ces richesses pour les distribuer aux pauvres.» Mais le saint apa Schnoudi
lui dit: «Confesse que la vierge Marie est mère de Dieu, et moi, je les distribuerai
pour toi.» Mais cet impie, de sa langue digne d'être coupée, répondit : «Les huit
cents évèques n'ont pu persuader mon cœur (et me faire) dire ces paroles : toi,
me persuaderas-tu de dire qu'une femme a enfanté Dieu?» Lorsqu'il eut dit cela,
le vieillard apa Schnoudi lui dit : «Toi, sois anathême avec tes richesses.» Mais

I. Cod. itiÊepeTApioc. — 2. Cod. &pioM.oAotMK. — 3. Cod. eTi\qTOir (sic). — 4. Mot-à-mot : dont
une misère mauvaise plus que tout homme. — 5. Mot-à-mot : et nous l'avons trouvé, son corps était
sans force. Ce sont ces paroles que M. Revii.i.out applique fort mal à propos à Nestorios.

19
loading ...