Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 146
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0252
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
146

E. AMÉLINEAU.

(i€M UeiV>£pHM^. d^qUIAl 2^6 UTeq2£_I2£. ÔOI^ ujetioTr^ ot&e OTTd.UUe7V.OC

e^quj^pi epoq £en otïuuj-^ nep^oT otoo e^qx*^ *en hïuH »&^côaioc nu^
ïiotuot epe neqTv^c c^£o?\ npwq e^qep qetrr e^qMOT £en otav.ot eqoi hoo^.
eTiv hm ïs_e ujconi ne2s.ôvq uhi 2s.e ujmi nc^ nm;vrpi&px.HC 2s.iocuopoe toïico
otoo ^ ujmi epo(q) oior 2s_e Termes eiieïtepKoir 2î_e ;Seu nicoiAves. ôvTvTVes. Ten-
tid>.T eueuepHOT £èvTen ti^c netietoTHp ujmi ucô. neue(pH)oT ;Sen noc. ïv^otuot
euneoci enujcoi e£to7v.;£ett nioop^.u.ôv otoo onime ic tticâ&.i ô.tt5co»t. h^i ss^e eTeu-
cooavot ôvie.ui 2s_e OTixii^Toq>opoe ne otoo otiihiôô AuripoqmTmon ct^h MeM&q.

OTOO AVÏlôvTe COCK UJCOIII ôvTUU MlC^èvI HT6 ïlCCTOpiOC ôwTffb(2S.l)1 CiSOTU UJèv ïlOTpO

eTA(.eo A\.Me(e)peq2S-ï otô. mfteu n^i e^-ïi^^co pcoi epwoT eujTeAV.(i)2£_OTOT o(i)nes.
UTô.ujTeAvî'ôvâeM npcoi e(i)MOT^- epoq 2*.e eeonevC^icTuc (ne*) otoo Hda ^i2£_o-
tot ujôv ïiô^iav.^ eeke hio&hoti ucav. hi2£.om iieAi niujq>npi AuipcoAu Avqiq^ ^fr&à.

AV£vU£s.piOC2 ItlîàJRdwIOC.3

eTô^n2s_iAiï 2s.e noT2?LOi epe o^u chkot «peAV Tô>.2iennHci T£wYhott epoq »{ot-
hot ôwie.w.1 2£-e netùiy Aiqv|- ne+ eepenT0.7v.oq hcavcoot. ^iaiot^ cotô. kSiitot

Tapa Schnoudi lit signe de la main' à un ange qui le frappa d'une grande plaie
et le mit dans de grands tourments : pendant trois heures sa langue sortit de sa
bouche, laissant sortir des vers : il mourut d'une mort terrible. Lorsque cela fut
fini, Schnoudi me dit : «Cherche promptement le patriarche Dioscore, annonce-lui
cela toi-même, que nous ne nous verrons pas de corps; mais nous nous verrons
devant le Christ notre Sauveur : cherchons-nous l'un l'autre dans le Seigneur.»
Aussitôt je m'éveillai de ma vision et voici que les lettres approchent.» Lorsque
j'eus entendu ces paroles, je vis qu'il était pneumatophore et que l'esprit de Dieu
était en lui. Et sans retard on apporta les lettres de Nestorios, on les porta au
roi, remplies de tous ces blasphèmes que je tairai pour ne pas les dire et souiller
ma bouche en le disant un Dieu passible. Tout ce (qui précède) je l'ai dit jusqu'ici
sur les œuvres, les vertus et les prodiges de l'homme de Dieu, abba Macaire le juste.

Et lorsque nous eûmes trouvé une barque montée par des frères de Taben-
nisi, aussitôt je sus que c'était la volonté de Dieu que je le lisse monter avec

I. Ce mot est douteux, le ms. donne iv-ra'o ... à cause de la coupure. —
3. Cod. ni^meoc. — 4. Ce mot nécessaire à la phrase copte manque. —
main.

2. Cod. e>.ÊÛe». j.w\K.e,pi. —
5. Mot-à-mot : remua sa
loading ...