Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 147
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0253
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

147

eneqpesH ne es.no&uùH evice\22.i ne.uevq eeîie esnes Avesiiespioc' 2s.e ornes HTeqTes<\.oq
neMesq essTesAusq emocofe 2s.e epe noTpo ottcouj e£oe£ieq. (lOeeooTS* 2s^e esTrpesuji
eir2SLC0 maioc 22_e e\Huje\HeoCrf e&oTV. MTieuoooîi TetiHesTesAcq neAiesH. esioe.uxi2 2s.e
esices.2s.i ueM^q eipiMi eieAu 2s_e TemiesnesTr enenepHOTT esH 22_e £en mccoAies nue-
con. (n)eoq 2s.e ne22_e\q inu 22_e .svneppiMi co nesiooT 22_e otfhi uesp emesMcnr e22.€h
q>pe\h air^çc ee&e 22_e mmoii ReeMTOtt nesTesoe rirocmoc ujes niepoo-y n£esïe.
(n)e2s_Hi nes.q 22.e eipiAir esH e22_eH Rqitcm eko?V.3 AineRCHoq evTVÀes 22. e epe nen-
ctoAies nesq)Cop22. e&o\ RuenepHOir. (o)too esiRco?V.o «Hes.22.12s. €2s_eH hott- (fol. 1 52 ÏÏt)
epHoir ei22.co mmoc 2s.e .u.espe q>(oV)iouj Aiq>^ hjcori £eu 010& Ri&efn) hchot tii&eti.
eneqpescf 2\.e es hichhot npe(Av) Tes&etmuci 1 ne22_cooir hhi 2S.(e) ReuicoT .w.e\pe
HienicRonoc T(es)Aoq KeMdwtt RdsTev q>pn^- eTèsRepReAe-yem4 hchicot. eTestu 2s_e

efroA. OI22_eAl CpICO.vv «s.Hp(l)MI 5€h othiuj^- Hpi.UI CMeslUCO He2S_HI He\q 22.6 'fujmj

epoR t(o)h(o co Mesuespioc" hiomhi Ainepep rcùCiuj HTe\Av.eTe7V.es^icT0c â(en) kgr-
HpoceT^H e«OTre\£i. q^ep ^peies6 nneRuj'A.h'A. hchott Riftfen) .uesAicTes. Avq>ooT
eioi i?esp AiqjpH^ uoveccovvy hottcot 5(en) ^uh^- noesti ottcohuj. ^ctocyR uesp 2s_e

eux. .rappelais l'un d eux qui se nommait Anoubion, je lui parlai d'apa Macaire
pour qu'il le prît avec lui, je l'informai que le roi voulait le tuer. Mais eux se
réjouirent, disant : «Lorsque nous aurons préparé notre affaire, nous le prendrons
avec nous.» — Je m'assis, je parlai avec lui sachant que nous ne nous reverrions
plus dans le corps. Mais lui me dit : «Ne pleure pas, ô mon père, car certes je mour-
rai pour le nom du Christ, parce qu'il n'y aura point de repos pour le monde
jusqu'au dernier jour.» —Je lui dis: «Je ne pleure pas sur l'effusion de ton sang,
mais parce que nos corps seront séparés l'un de l'autre.» Et je frappai mes mains
l'une contre l'autre, disant : «Que la volonté de Dieu se fasse en toute chose, en
tout temps.» Le lendemain les frères de Tabennîsi vinrent, ils me dirent : «Notre
père, que l'évêque s'embarque avec nous, comme tu l'as ordonné, notre père.»
Lorsque nous fûmes arrivés sur la mer, nous versâmes de nombreuses et abon-
dantes larmes. Je lui dis : «Je t'en supplie fortement, n'oublie pas ma petitesse,
ô Macaire le juste, dans tes prières saintes. J'ai besoin de tes prières en tout temps,
surtout aujourd'hui; car je suis comme une brebis seule au milieu des loups.

1. Cod. M.&K&pi. — 2. Cod. çe.M.ci, sans le préfixe. — 3. Cod. cipnu eaten nrpûm eÊoA. mi
Mnencnoq. — 4. Cod. ctô.kcpk6Aêtih. — 5. Cod. co M.&k&pi. — 6. Cod. -^ep^çpiek.

19*
loading ...