Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 150
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0256
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E. AMÉLINEAU.

epou UC62S.OC 2î-e ^-.wdq^-) n^HTOTT. ^-cajoTTH (o n^oe (q) 2î_e puni oire\e.u.eTno7F2£.
ne1 ev?V?v.e\ MïtA.H'^q>op en&iuji. eaAVOTr^- 2s.e emnoTmon neq^ievuwn hc2î_hi ne^q
2s_e ujcùtci eïiAVHH eneuicoT nevUjHpi. ottoo nea eT^n^croir es.nuj7V.H7V. evn^ç^iy
e&oTV. e\ice\2s_i ue.u. nu e*roi u2*.oi 2sl€ e^peTenep ucmuujôw noTmiiy^ neucevirpoc2
OTresuocToTvoc ue^p ne eTTesTvuoirr3 hcmcùtçh. (n)-eoq 2s_e ue^^q nui 2s_e ^ujini
epou nevicoT eooirevîi .ue^pe uenujTVHTV. eeoiri\£i mouji ii€mhi uje\ ^"X.t0 Ameunoc-
.uoc nccoi. Muequuu eqcouj e&oTV. uje». ^imn eiccoTcu. eTeqcu.u âen q>io.u.

(ev)non 2ve oco ea-revceo enHi n?VoTrivesc nmpecCnrrepoc ei^- oùott \k<$^ e22.cn
ncpcop^s. e&oTV. nneTrepuoTT. (i)c onnne 00 mcnHOTF e\i2î_to eparren noTrexnoMepoc
Sen nu eTèauevy epwcnr ne.u nu eTi\ïcoe.uo-y eefee evCi&ex m^uevpioc ' uiotth&
eTTOTrfcuoTTT (o)too AuimevTr epoq nnecou £en niccù.uex sc2î_en nieoooTT eTeMMevir
eTôaooi ottu eioessLOcoai. e«>îie n2s_i n(pcop2*. e&oTv. nnenepHov e\ n^çc ecox Aiue\-
oht (fol. Oqqes) euuev-y epoq eujeMuji neMui oi2s.en ^Tpevne^es. .u.moh uj23LO.vi
M(ni)7V.evc ncevp^ eq>ipi enitooir eTes(i)ni\.v epoq n£HTq.

eT£\qccoTe.u 2s.e enevi nste d«.ue\. ne\q>no7r^ nievp^iMe\U2s.piTuc neeqq)i cevp

mensonge; mais je ne suis pas digne de ces honneurs.»- J'appelai Pinoution son
diacre, je lui dis : «Demeure au service de ton père, mon fils.» Et lorsque j'eus
dit ces paroles, nous priâmes, nous prîmes congé de lui, je parlai aux gens de la
barque disant : «Soyez dignes d'un grand trésor; car c'est un apôtre qui est monté
avec vous.» Mais il me dit : «Je te le demande, mon père saint, que tes saintes
prières m'accompagnent jusqu'à ce que je laisse ce monde derrière moi.» 11 ne
cessa de crier jusqu'à ce que j'eusse cessé d'entendre sa voix sur la mer.

Et moi, je retournai à la maison de Lucas le prêtre, rendant gloire à Dieu sur
notre séparation l'un de l'autre. Voici, mes frères, que je vous ai dit une partie
de ce que j'ai vu et entendu au sujet d'abba Macaire, le prêtre pur. Et je ne l'ai
plus revu dans le corps depuis ce jour où je restai affligé de notre séparation
mutuelle. Le Christ consola mon cœur : je le vis faisant le service avec moi sur
la table; il n'est pas possible à une langue de chair de raconter la gloire dont je
l'ai vu revêtu.b

Lorsque Paphnuti l'archimandrite eut entendu cela, car il était venu dans le

1. Deest ne. — 2. Cod. -OTrc^irpoc. — 3. Cod. t\£ttô,Ahott. — 4. Cod. Av&k&pi. — 5. Mot-à-mot :
je n'approche pas de ces mesures. ■— 6. Mot-à-mot : de raconter la gloire que j'ai vue en lui.
loading ...