Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 152
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0258
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
1 52

ceTV-icTHc Mô^puoc eepies.uoni Aureqeponoc. (en)ei2s_n u^p ^ TGTeuMeTcon (2&.)(oht'
eces&moc memcnonoc htc Tdkmo7V.ic ee&e nmeTocooT TiipoT eT&.qes.iTois' nm
âen TeqMeTd.T€a\.i (dôpeTen2s_co aium Keovcs.i 2s_e eqeAvnujes. n^co nd<q efeoTV. 2s_e
necTopioc ne eT^qqiopujneq2 nenicuonoc (n)es.q.ue7ri cô.p n^q ne 2s_e oireMHi
ne ïiecTopioc .uq>pH^- m(h)i0mhs KOdOtHHC (^?V)7Vev. epe q>^- ^-uje&itù n^q HpdiH
neenesneir ïrfuje&uo nnineTgcooT THpery eTôwqôwiTOTr uhi (fol. 15 5 q^) &.non 3^
nie7V.ô/\MCToc neM h(h) e^neMHi .unen^ç^q e-^oci epon m^ATVon 2^_e ^q^ gno-y
tiTenv^'Tr^xiH. nsaiTcoc nTeq2*.oc otoq Mq>pn^ .uno-ypo nuep^pcon mïi(i)chott eq^co
mmoc 2s_e OTr7V.es.oc nes.Te.vu esn 2£nes.Te\noq noc. nesTun esq2î_oc 2s_e £en ottoht
e(e)oTTô.Ci new. OTtyTr^n ecTenn(HOTrr) es.nep q>esi esTvTves. Mni^çesu eep no£u. cco-
tca*. e^-ujq>!ipi eT^qepcHAv.exiuesïi3 mmoc nes.n ti2£.e cev£imo(c) eesq^ cooir tr^rpie^c
eeoTTôwîi eeke q>H eTevqujconi.

^-nes:x_co epcoTen Avtpn eTesqujwni. ne otoïi OTrevnevuntoc-mc 2s_e 3en -revinoTuc
nujHpi ne noTmpecCnrrepoc ne. Testes, neoq «cm neqiayr ueja OT2s.ics.ucon e-y5ï
cmot Seti OTreKKAHcics. ottoo neujesTj"^ nnmpocqjopd. neM mes.nes.p2(Mi

qui m'est échu de mon Seigneur Jésus le Christ qui m'a rendu digne d'occuper
le trône de l'évangéliste Marc. Car votre fraternité s'est irritée contre Sabinos,
l'évêque de cette ville, à cause de tous les maux qu'il m'a fait (endurer) dans son
ignorance. Nous avons dit à cet autre qu'il peut être pardonné parce que Nes-
torios l'avait ordonné évéque, et qu'il croyait Nestorios véridique comme le véri-
dique Jean. Mais que Dieu lui rende le bien en échange de tous les maux qu'il
m'a faits, à moi le minime, et à ceux qui étaient avec moi : ne le laissons pas
nous maltraiter; mais il a fait profiter notre âme. En somme qu'il dise comme
autrefois le roi de Gérares, disant : «Tu ne perdras pas un peuple ignorant,
Seigneur?» De nouveau, il dit d'un cœur saint et d'une âme contrite : «Tu as
fait cela,4 mais je ne t'ai pas laissé pécher.» Écoutez le prodige que nous a fait
connaître Sabinus, rendant gloire à la Trinité sainte sur ce qui est arrivé.

Je vous dirai ce qui est arrivé. Il y avait en cette ville un lecteur, fils d'un
prêtre. Un jour, avec son pùre et un diacre, il reçut la bénédiction dans une église,

r. Cod. cniDb.h ^têtii jneTcou . . cout. La restitution me paraît certaine. — 2. Cod. necTopioc
neT^q'\)<ouj. — 3. Cod. eqepcTjAeitm. — 4. Je ne suis pas certain de la restitution, et le sens me
paraît embarrassé. Tout ce passage d'ailleurs est peu compréhensible.
loading ...