Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 153
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0259
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

153

k&,\7H(octh(c) iiTequje nesq nTeqce&Te niAuojT. esquje ne^q on nex/res. Teqc-ynueejex.'
esqTi unid,n^pxH i*.qAA.ouji neMWOir esqi eoirAuoiT nevepcoM(i) es.qepes.ne\UTesn
epoq H2s_e ottmô<- (qâL) toj eqTes?V.H07rT eoiroTO es. qSAv)eT?\.e\;5HTq ^ neAvesq otto£
ne2s_e^q AuxiesnevuncocTnc 2s_e ott (n)e neu eTenTOTU. neoq 2s.e ne2î_esq 24.e oesn
7V.7rAuyô,HO!rt2 ne. ne2s_e niAvesroi ne^q 2s_e aihitott hhi nTesoTroAioT.3 (n)e2s_e mev-
nexirncocTnc nes.q 2sl€ oo ninevpevnoA\oc ev.nnes.o7rcùA\. nni7V.TTAv.\^'es.non es.n on nTe
inçc. evqccon (M)nicneiroc nTe ^-esnespxn esq(n)couj e2s_en nictOMev MniMixTOi
(ott)oo ni&en eTexqT^e eoiesp^n £en neqc<jOA\.e». es.qB.con nneoT A\.q>pH^

no-5-Mex.pAiespon. OHnne esiTe^AvcoTen e^ujq>n(p)i eTes. otoïioc eko?\. eiTex(M)o
MMtoxen e^\weTesi*ev<2K3c nTe q>^- eTescTes£oq. (^n)^ q>Meiri ncoTen ee&e T\iA\.evnes
pioc niKHTes.c ev.TTTes.AAO eeftnTq 2s_e es. nou-po piTq eq>i(o^A\. es.qTb2s_i nce*. q>n
eeoTresÊi TVoimesc esquje nesq eniTco(o)Tr. nyjHpi 2s.e A\.q>n eeoire\.& ninHTesc eTe
MicesH?V. ne neM nujnpi A*.ne(V)o7re\& eeo^ntocTOc qiH eTes TOTrpco tc<mau nespuev-
2s.ioc £oe(ft)eq eTe eTmpesgioc ne n-e-co(oir) Amenées- ne eTevVAv.on1 eqiesi evic^esi

et ils offrirent les prémices et l'offrande du lecteur afin qu'il partît et préparât
le chemin. 11 s'en alla selon sa coutume, il prit les prémices, il marcha avec elles,
il alla dans un chemin où il n'y avait personne, il rencontra un soldat monté
sur un cheval. Une faim très grande dévorait celui-ci5 et il dit au lecteur : «Qu'as-
tu à la main?» — Mais l'autre lui dit : «Ce sont des restes.» — Le soldat dit :
«Donne-les-moi, que je les mange.» — Le lecteur dit : «Impie, tu ne mangeras pas
les restes du Christ.» Il prit le vase des prémices, il le brisa sur le corps du sol-
dat, et tout endroit du corps du soldat que les prémices touchèrent devint blanc
comme du marbre par suite de la lèpre.6 Je vous ai dit le prodige que Dieu a
manifesté et je vous ai appris la bonté que Dieu a faite au lecteur. Je vous ferai
souvenir du bienheureux Nicétas. On m'a dit de lui que le roi l'avait jeté dans
la mer, il se précipita à la suite du saint Lucas, il arriva à la montagne. Le fils du
saint Nicétas, c'est-à-dire Misaël, et le fils du saint Théognoste tué par la reine,
femme d'Arcadios, c'est-à-dire Eupraxios, ce sont eux qui m'ont appris cela : je

i. Cod. Teqc-sMiH-e-ie.. — 2. Ce mot doit être un barbarisme grec passé en copte. — 3. Cod. t&ott-
omoh-. — 4. Cod. -neTA.u-t0.mo». — 5. Mot-à-mot : une faim vorace combattait avec lui. — 6. Mot-
à-mot : il devint lépreux comme un marbre. La raison de cette phrase se trouve dans la blancheur du
marbre et de la lèpre.

20
loading ...