Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 156
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0262
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
i 56

E. AMÉLINEAU.

ueaq emid^oeMci oi2s_eu mepoïioc nes.p^ienicuc»Tioc 3eti pes.uo^\ npoTepioc1 :x.e
neoq neTdkMOm nq^oiivcmo.vuis. utc niHevice^peion2 ôsq^Mcmi -UTUTOM^pion £en
Teq24.i2s. ne2SL£vq &es.\\ron3 hhi HT&.epg7mottpd«.q>em4 eni22.WM. «ic«hotp 2s.e îiuo-
TJvpioc eeMCvyi ugaihi ô^tt^coti Httcnn\£vi\.£s.a\.ô<.pïOH 2s_e nnoirep ujq>Hp eiieq-
ho&i. otuot^pioc 2^e etpe*. co7V.oq>es.Kio'A.ioc ne 07to£ ^q^" Mcpooq ne^q oirog ô^qep-
^Triio^p^qieïM5 enTcwoe u'Aecon. ôvTiôw Mes.KA.pioe0 2s.e ne2s_^q .vuipoTepioc? 2s_e
euuijtoni neHèvïtesoeM^TieMoc aiaiih mmou (qH) av.h Mniii&-y eTev Tu&p^ie-
nicuoTioe 2^iocuopoc 2s_oc ttôwK 22_e ïipoTepioe8 eenis^eMci £i2s_en Ti^eponoc
eujton ^-yujeaiepe^tùpj-çem" mmoi aih •vv.nei\epo.wo7\.oiTem") epcp&qj.oc 2S-e &.ti&.ee-
mô, epoi eiycon esiuj^n;Se.wei o^i2î.en nejveponoe euott£. oto^ ^uott 2s_e wiujwns
£^ TieKevïieseeMes.TieMoe mjymh mav.oh UTepcoR. nes.i 2^_e eTes.qeoe.uo'y tt2s_e cepcioe
ni&epe2s.^psoc" ^q2s_couT £en cmijuj^- u€m&oh eMdayco. e^qep otw ti2s.e npcvre-
pioc12 ne24.dvq ucsîiîies. Mêvu^pioc 2s_e ^cttho^oc utg niuefs. ne eTôkiep<>7rïioupdvq>eiH13
epoc otoo .vuiiep no&î uje*. ^ïiott. ne2*.e ^Mies. M^u^pioc14 nevq 2£.e eefee ois-
le clergé de Rakoti.» Protérius, celui qui était chargé de l'économat du Césareion,
saisit le tome dans sa main, il dit : «Trempez-moi un calame (dans l'encre) afin
que je souscrive le livre.» Mais les frères notaires qui marchaient avec moi
cachèrent leurs calâmes afin de n'être point les compagnons de son péché. Mais
il y avait le notaire de Solophaciole, il lui donna le sien; Protérius souscrivit le
tome de Léon. Mais apa Macaire lui dit : «Tu es (sujet) à l'anathème que toi-
même (as lancé).0 Est-ce qu'à l'heure où l'archevêque Dioscore t'a dit : «Si l'on
m'exile, c'est Protérius qui s'asseoira sur mon trône», est-ce que tu n'as pas con-
fessé par écrit : Anathème sur moi, si, toi vivant, je m'asseois sur ton trône? et
maintenant de ta propre bouche tu t'es anathématisé.» Lorsque Sergios le véré-
daire entendit ces paroles, il s'emporta très fort dans une grande colère. Proté-
rius répondit, il dit à abba Macaire : «C'est le concile de Nicée que j'ai souscrit,
et jusqu'à présent je n'ai pas fait de péché.» — Abba Macaire lui dit : «Pourquoi

i. Cod. npoxepi. C'est le même retranchement que pour j,vevi\e^pi et la même couleur empruntée.

— 2. Cod. iiec*.pioii. — 3. Cod. êaiicoii. — 4. Cod. (vTis.cpçTiiorp&^iu. — 5. Cod. ^qep^rno^p*.-
tym. — 6. Cod. jA.aha.pj. — 7. Cod. MnpoTepi. — 8. Cod. îipoTepi. — 9. Cod. a-s-ujAiiepeTtopi^ni.

— 10. Cod. Av»eK.epoAv.o^.onii. — 11. Cod. niÊepe-rApioc. — 12. Cod. iipoxcpi. — 13. Cod. eTAiep-
çT-not>pev''pi>i. — 14. Cod. jnA.RA.pi. — i5. Mot-à-mot : tu es sous ton anathème, toi-même.
loading ...