Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 176
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0282
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
i76

E. AMÉLINEAU.

nevq 2s.e jmime euTco£i£ mïioc e2s_con Mq>coir «Te noirpo Tes^ou epes.TR nnecon
MiieqMeo ev.A7v.es. qi q>piooTfuj nTeuty-y^H eepeuoiroopn «gesn 2s_oopo« encco^
««CRttofci 2£.e otthi ^«ôscdcr es« ujes«TeRi e&oTV/Sen cu>Mes. ne2£.e mcioirp nes.q
2£_e ne\oc emesep ott. Tierce mev^ioc eeo^copoc ne*q 2s_e tcohr HTeRtHoTV. «Teuqi
q>pcooTruj «Te "LuevpTTrpies. «Te ïiii& nesnocToTVoc hïm ecoi £co oiro£ 2£Mes2£_iMi
noTA^TO» àen neuesiocm1 rcm qiH e^imoir. mescioc 2ve eeoauopoc àen (fol. 21g f^)
n2£.iHepeq2£.e nesi MiiipcoMi es.quje nesq e&o7V.oe\poq. 3en ^otthots" 2ve es.qnegci
enujcoi «2sLe nicioTp £en OTrmuj^ «£0^ «cm OTrceepTcp eqoi nujq)Hps e2s_en q)H
eTexqnes.Tr epcq. 3eu ïi2s_mepeq ujojpn ujioni es. cicmnioc ïiicioirp 1 ujespoi esnoR
neTemorr KTpi7V.7V.oc. ^upesqiH eecye\& 2s_co maioc 2&.e e&o7v.;iett pcoq MMeepe &
1e uje>.pe ces.22_i m&en ogi epesTOir es.HOR ne ivTpi?v7V.oc ïiiesp^ienicRonoc «Te
peuvo^- ^01 AVMeepe nnesi ces.2s_i es.ttOR Tie ujenoTr^- nie\.p^xLiMe\tt2s.piTHC ^01 mme-
«pe nnes.ices.2SLi es.noR ne fiiRTCop me\p^iMe\n2s.piTHc ^01 MMeepe nnes.ices2i.i.

TVomcm 5en n2SLinepenTcooTrnoTr nujcopn Mmegooir eTCMMes.Tr esno^eMci es. ci-
cinnioc Tiicioirp 1 uje^pon e\qq>e\3Tq evqoiraJujT €2s_en Hes5e\7v.es.Tr2s. eq2s_co mmoc

jourd'hui j'ai prié le Seigneur pour toi afin que le roi te place une autre fois en
sa présence; mais prends soin de ton âme et envoie quelques présents pour
racheter tes péchés, car certes tu ne tarderas pas à sortir du corps.» —■ L'eu-
nuque lui dit : «Mon seigneur, que ferai-je?» — Le saint Théodore lui dit :
«Lève-toi, va, prends soin du martyre des douze apôtres et aussi du mien,
et tu trouveras le repos dans cette vie et dans la (vie) future.» Lorsque le saint
Théodore eut dit ces paroles à l'homme, il s'en alla. Aussitôt l'eunuque (se ré-
veilla) en sursaut dans une grande crainte et avec tremblement, s'étonnant de ce
qu'il avait vu. Lorsque l'aurore parut, Sisinnios vint vers moi, moi, votre père
Cyrille. L'Écriture sainte dit : «De la bouche de deux ou trois témoins toute
parole sera stable;» c'est moi l'archevêque de Rakoti qui suis témoin de ces
paroles; c'est moi Schnoudi l'archimandrite qui suis témoin de ces paroles; c'est
moi Victor l'archimandrite qui suis témoin de ces paroles.

Du reste à la première heure de ce jour, après le lever, comme nous étions
assis, Sisinnios l'eunuque vint vers nous, il se prosterna, il adora sur mes pieds,

[. Cod. njsieton. — 2. Cod. âen sen.
loading ...