Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 177
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0283
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

177

2s_e cAiOT epoi nes.icoT. wior ô^icmott epoq oirop on ô.q5i .uncwoir nnienicKO-
tioc eeneAVHi oiroc> es.qoe-u.ci evqss-io epon .uïugopivMdv (m) eTes.qnd\ir epoq epe
neqcooMes. THpq ceepTep eefte hh eT^quevr epcooir. wiou 2^.e HTrpi?V.7Voc ne2s_Hi
ne\q 22_e ôv?V.h«coc 00 n^ujHpi esiuiexiF ecTs-tuu}^ n5ojpn ekoTV.. ne2s_e nicioTrp nui
2s_e eioTrcouj eepeRffi htot nTevi c n?V.OTrs\02s.i mtgrthitots* e&o?VpiTOTi\ ttTeKUjion
hhi n^-M^pTTrpiôk rire nnfr uô^tioctoTVoc iicm oM^pTTrpiôv auiiôomoc eeo2^copoc

nitlIU}! ttCTp^TH?VôvTHC. OTTOO 5ert ^OTTttOTF exq^ mhi n^c^ il7VOTrï\02£.i ô.hor 2s.€

ivrpiTVAoc AvniepôwMeAnc1 eirmpq ev\7v.£v ôwiTOOOTrnoTr dwiuje nui enm Mniup^cpeTrc
is.i<5l neMHi noiruTVHpmoc tiTe ^-ïioTVic ô.qoTV.T enm Mïti^p^qieTrc evi^tco epoq
Mmce>v2SLi otto£ h^Tôk ottoikomomiô. htc q>*^ q>h €tô^ ixi^cioc eeo^oopoc 2S.Oq
AUiipcoAvi 2s_e ujonq n^oq ne eTev.q2s.e.u.q eqce&TCOT £>en ïihi AUinTpe\q>e7S'c oirop
£en q^oimoTr is.ie.vu 2s_e o-yecouj me noc ne. extioR 2s_e nesq rtqV^- n?V.oimo2S-i
evi5i uniMes-pT-ypiô. eTT^iHOT ô.ienou' ô-ithitots* Miiicioirp (fol. 220 1e) neoq 2s.e

d.q5lT0TT i\qTHIT07T e^OTTll eiUTOÏlOC MIUdOMOC ô€02^C0p0C OTOp £€tt q)Hô>.Tr ild\2SLTl

^ tvre niepooTT eTeJw.Mes.Tr ^ no-ypo omopn nce*. TiiciOTp ô.qT^poq epevTq eTeq-
T^ic nTe ujopn.

disant : «Bénis-moi, mon père.» Et moi, je le bénis. Il prit aussi la bénédiction des
évêques qui étaient avec moi ; puis il s'assit et nous raconta la vision qu'il avait eue.
Tout son corps tremblait de ce qu'il avait vu. Mais moi, Cyrille, je lui dis : «Vrai-
ment, mon fils, tu as vu une grande vision.» — L'eunuque me dit : » Je veux que
tu prennes de moi ces trois pièces d'or, que tu les donnes de ta main, que tu
m'achètes le martyre des douze apôtres et le martyre du saint Théodore le grand
stratélate.» Et aussitôt il me donna trois pièces d'or. Et moi, Cyrille, je ne fus
pas du tout négligent; mais je me levai, je marchai vers la maison de l'écrivain,
je pris avec moi un clerc de la ville qui me conduisit à la maison de l'écrivain,
je lui dis la chose, et par un dessein de Dieu, ce que le saint Théodore avait dit
à l'homme d'acheter,2 se trouva prêt dans la maison de l'écrivain; et sur l'heure
je sus que c'était une disposition de Dieu. Et moi, je donnai les trois pièces d'or, je
pris les magnifiques martyres, je les emportai, je les donnai à l'eunuque. Mais lui
il les prit, il les donna au monastère du saint Théodore, et vers la sixième heure
de ce jour-là, le roi envoya chercher l'eunuque, il le replaça dans son rang précédent.

1. Cod. jA.Tnepjv.MeA.ee. — 2. Mot-à-mot : avait dit à l'homme : achète-le.

23
loading ...