Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 179
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0285
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

179

Ttrpoc ïiiôomoc «>eo2s.copoc eTd>.qi ujdqpon Jw.nsujopn ncon ottoo neoq ne

eetiôwi ujes.poR on HTeqT&..v\.OR eq>H eTep noqpi HTeKtyir^H. neoq 2*_e cicmmoc
nicioirp ne2s.ivq nm 2£_e eujcon ô.iuj^nnô.Tr eoirStopn e&oTv -uqjpH^- nujopn oh
nTeqT*s.Moi 2t.e 0. cp^ si nTôviKOT2SLi ne-yAo^ies. htot ct^ithic hcco^- £es. noTT22-ô>i
nTô.v^nr^n (toi. 22 1 ne*.) eTe niRoircs-i h2s_<joav hiouj ne eTeuTHiq e^-enR7v.Hcies. nre
nie>.pioc eeo2s.oopoc ô>.hoh ■x e T^nes.^- ncno& nifren eTenTHi jSc*. noTT2SLô».i HTisA^'tr^H.
mior n7rpi?v.7v.oc ne2t.Hi Hd».q 2s_e noc Hôveavr Auien^HT 5en q>H eTenep^ïTem '
-MMoq HTOTq OTOg es-H^- Hô^q HcjeipHHH2 ôwHOooTv eniAv.ôkpTTrpiOH3 ô.HgeMci mm^tt.
•uenencè». otthott2S-j 2s.e es. nipwMi epHin^TTHeTrein* âeti hujoohi es. neqpcoMi
q>io£ Hneirgftioc ^irpiMi epoq j^enenccoc ^ hh eepiAu ^ici o?ro£ e^/Tr^vs. totott
e&o?v.

Menences. iv^-5 hotthott neciu ô>. mpcoMi neoci enujioi ô,qTConq e^qcjeMci ne2SLe*.q
nneqpcoMi 2s_e mott^- hhi MnôwitoT mrpi7v.?voc m^p^ienicnonoc. £eH ^otthott

je dois le donner.» — Et moi, je lui dis : «Mon fils, prie ce saint martyr, le saint
Théodore qui est venu vers toi une première fois; et c'est lui qui viendra de
nouveau vers toi afin de t'instruire de ce qui est bon à ton âme.» — Mais lui,
Sisinnios l'eunuque, me dit : «Si j'avais une vision comme la première, qui
m'instruise que Dieu a accepté de ma main la petite offrande que j'ai faite
comme rachat pour le salut de mon âme, c'est-à-dire le petit livre que j'ai donné
à l'église du bienheureux Théodore, moi, je donnerais tout ce que je possède
pour le salut de mon âme.» — Et moi, Cyrille, je lui dis : «Le Seigneur rassurera
ton cœur dans tout ce que tu demanderas.» Et nous lui donnâmes la paix, nous
allâmes vers le martyrium, nous nous y assîmes. Après un peu de temps, cet
homme fut en danger dans sa maladie, ses serviteurs déchirèrent leurs habits
en le pleurant : ensuite ceux qui pleuraient se fatiguèrent, ils cessèrent.

Après un intervalle de trois heures, l'homme se réveilla en sursaut, il se leva,
s'assit, dit à ses gens : «Appelez-moi mon père Cyrille, l'archevêque.» — Aussitôt

1. Cod. cTCBcpeTm. — 2. Cod. noipmiH. — 3. Cod. em,w.ô.pTHpion. — 4. Cod. epRiiu^Trnetriii.

— 5. Le -\- vient de la prononciation. Il ne se trouve en effet qu'après les noms de nombre qui se
terminent par comme cnou-^, ujom.-\\ Par conséquent ce que j'en ai dit dans mon Voyage d'un moine
égyptien n'est pas conforme à la réalité. Cf. Recueil de travaux relatifs à la philologie et l'archéologie
égyptiennes, VIe année, p. 16 du tirage à part, note 6.

23*
loading ...