Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 180
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0286
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
i8o

E. AMÉLINEAU.

ôv"?ti ;s.irTes.Moi n€m niuecttHOir THpoir eeneMHi e^nTOiOTS-no-y evUoeo'A. ujespoq esn-
2s.eM nequjmi. neoq 2s.e ne22_esq hhi 22_e nesicoT <ho& ni&en eTujon «hi espiToir ni?
Muepoc (rt .uniMeso^ MMepoc THiq 3es noiT22_esi nTe\\Jnr)£h. (r&) esnon 2s.e ne-
2s.hi nesq 22.e nesujnpi 22.00 epoi imn THpoT eTes.nnes.'y epcoo-y 2s.e^ev.c epe nceni
nniptoMi nexccoTCM epcooir nceepM.eTev.noem1 e^pni e22_en noTitoÊii. *^ieP ottco
n2£-e cicmnioc mcio-yp ne22_es.q hhi 22_e co nevicoT e«oires& eujcon esiuyesnoires^cesoni
nm ^nesTesMon eocoft m&en eTesinesir epcooT. esnon 2s.e ne22_m nevq 22_e ce\22_i.
esqep otw eq22.io mmoc 22_e esqi ujespoi U2s_e cypooMi ncTpesTH?V.esTHc n22_topi eMis-
ujco epe uee^oTciex moujï ne.uesq ov22.esie Te cwesujto ecoi ngo^ £en TecM.opq>n
£COCTe2 evnujev.n2s_OTrujT eâoirn enecçjo ujesïv^es totr e&oTV. ecpMOTT £iTen Tecp^o^
ottoo nesc;5pes22_pe2S- nnecnes22.cn eioTti epoi ne cnocTe3 nTes.22.oc 22_e ecoTFtouj
eoTTOJM m.nescooMes ne. neqcjo 2v.e neM Teqesqie eironi nnes oiro'ygop neqcooMes 2^e
neM neq22.i22. neM neq5'es7\.e\TT22. eironj nnes oirpooMi. mcTpesTHTVesTHc 2^e o^ooq
nesq^- Tes22_po nonT nm ne eq22.co mmoc 22_e Mnepep ckj^" (fol. 222 ne) noc nes-
ujengHT 3espon otfoc) qnesnesi nesu. esTT&ici cts-mouji neMHi o-yoo_ esni e22_eM crmiu^

ils vinrent m'informer ainsi que tous les évêques avec moi, nous nous levâmes,
nous allâmes vers lui, nous fûmes introduits près de lui.»4 Mais il me dit : «Mon
père, de tout ce que je possède fais trois parts : prends la troisième partie, donne-
la pour le salut de mon âme.» — Moi, je lui dis : «Mon fils, dis-moi tout ce que
tu as vu, afin que les autres hommes qui (l')entendront fassent pénitence de leurs
péchés.» — L'eunuque Sisinnios répondit; il me dit : «O mon père saint, si tu
me l'ordonnes, je t'apprendrai toute chose que j'ai vue.» — Mais moi, je lui
dis : «Parle.» — Il me répondit, disant : «Il est venu à moi un homme straté-
late, vaillant beaucoup; il y avait aussi une puissance marchant avec lui; elle
était glorieuse (?) grandement, terrible sous sa forme, de sorte que, si tu la regar-
dais au visage, tu t'abandonnais à la mort par la crainte (qu'elle inspirait), elle
grinçait des dents contre moi si bien que je me dis : Elle veut dévorer mon
corps. Son visage et sa tête ressemblaient à ceux d'un chien; son corps, ses
mains et ses pieds ressemblaient à ceux d'un homme. Le stratélate me raffer-
missait le cœur, disant : Ne crains pas, le Seigneur te sera miséricordieux et

1. Cod. (iceepMeTMioni. — 2. Cod. ococ2>_e. — 3. Cod. ço>C2s.e. — 4. Mot-à-mot : nous prîmes sa
présence.
loading ...