Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 185
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0291
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

185

himhuj 2s^e «Te ^no'A.ic h^tiouj e&oA epon eiratco mmoc 22_e Teuujmi epou.
(fol. 225 sve) OTOg ô>Hoj»i enepnivTe^em1 eneneioyr è<nd«. ujenoTr^ 2s_e uj^HTeqi
nTeqivA.Hi HeM^n eni2£.oi. mtiecj 2^e nTe ni2î_oi en£UiTd/\HOTT epoq n&irccooim
MMoq es.n ne. àïn natmepeqï 2s.e 2s_e nTeqeJVm eni2£_os ne.udwH ev nmecj 2s_oc
nivq 2s.e Mis.uje neut 2s_e ^n^uj^AHi ^n «eM ni^p^ienicuonoc. n©oq 2s.e q>H
e^o-y^k ^nes. njenoTr^ es.quje n^q .vv.neqe.ui 2$.e eT*s.quje Hèvq necon. &.hok 2».e rtt-
pi7V.7V.oc tieM ô.Tidv ÊiiRTCop n&n;5€Mci ne £en ni2s.oi Mnene^i eqiH eT^qujcom
epe nmeq ujeepecop eiroTrcouj e2s_(ooirn .uni2£.oi ekoTV. e<Hon 2s.e e^ncnroopn mot-
hott2î_i MMà.eHTHc e^oirn eqhioTV.ic2 equco^- ncwq oiro<5 -u.neq2s.eMq. n^spH*^ <\n-
ujwni 5en o-ymuj^ ne^KivO h«>ht e-u^ujco. Mion 2s.e nôvn.u.e'yi ne 2s_e ^pHoir
eTdkq2s.iAii nneMujcpHp nenicuonoc ^qe^TVHi neMcooT. nmeq 2N.e ^TT2s_cooim mui-
22.01 e&oTV ô^Trep ocot. .wenences. nes.i ô.ni eôMH^ .unme7V.ô<T70c eu- (TV.) £eMci enc&2s_i
ne.u neuepHoir nni.weTniuj'^ nTe q>q^ ottoo neupH-^ daicoyre.u. ctcuh MtpH eeoir&k
à.n&. ujenoTS"^ ces.nujcoi mmoh £en ni^up eq2$.to mmoc 2£_e Toeip un h - ïmk\\ co m-
Av.^.neccooTr e«nès.neq nTe ^■eKnTv.Hcies. nTe nmiui^ ncypo n^çc. es.non 2ve 3en

Mais les foules de la ville nous criaient en disant : «Nous te saluons.» Et nous
restions à attendre apa Schnoudi pour qu'il vînt et s'embarquât avec nous. Mais
les matelots de la barque sur laquelle nous nous étions embarqués ne le con-
naissaient pas. Lorsqu'il arriva pour monter avec nous dans la barque, les ma-
telots lui dirent : «Va-t-en, tu ne monteras pas avec l'archevêque.» Mais lui, le
saint apa Schnoudi s'en alla ne sachant pas où il irait. Mais moi, Cyrille, et apa
Victor, nous étions assis dans la barque ne sachant pas ce qui était arrivé : les
marins étaient troublés voulant lever l'ancre.4 Mais nous, nous envoyâmes un
petit disciple dans la ville pour le chercher, et il ne le trouva pas, et ainsi nous
fûmes dans une très grande désolation. Et nous, nous pensions : «Peut-être a-t-il
suivi nos compagnons, les évêques, et s'est-il embarqué avec eux»; mais les ma-
telots levèrent l'ancre,5 ils naviguèrent. Ensuite nous gagnâmes la haute mer :
nous étions assis parlant les uns avec les autres des grandeurs de Dieu, et ainsi
nous entendîmes la voix du saint apa Schnoudi au-dessus de nous dans l'air,
disant : «La paix soit avec toi, ô bon pasteur de l'Église du grand roi le Christ.»

I. Cod. ncpH^TC^m. — 2. Cod. e^nwAic. —
le navire. — 5. Mot-à-mot : coupèrent.

3. Cod. TçipHKH. — 4. Mot-à-mot : voulant couper

24
loading ...