Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 188
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0294
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
i88

E. AMÉLINEAU.

euj^qi e&o7V.,5en cco.m.6. .uq>pH^- no-ypooMi eujèvqAioir eqoi H2s.is.2s-i eneqcon. ic2s_e
TeTenoTtou} ee.ui eq>*s.i co nô.Menp^ &noR ^n^Me eHnoir eq\w.eeMHi otto£
q>a.i eq^nd^oq epcoTen q^HOTr eTes.qujconi 3en h^chot oto£ ôvIccotcm epoq 5en
ti^m^uj2s. &.H011 neTenitoT r-ypi7V.7V.oc.

d.cujconi 2s.e Se» niepooir nTe neacoT eeoq>iAoc' ni^p^ienicRonoc q>^i ctôwI-
oeMci Oï2s_en neqeponoc nes-pô. n\eAmuj\ 5en R2s_m^peqHROT HTequjconi 3en
niujioni eTeqndwMOTT n^HTq ev niRTVHpoc THpq piMi eTROo^ epoq en^ica. neM
q>*a eTcouj e&oTV. 3en ouqMAU eT2s_io mmoc 2s_e ottoi nesai to nenicoT eRnesotoTV.
nTeu^ô^n enoi nopqjdwnoc. Re2s_is.q nô».n 2s_e ottoi hhi co ttdouHpi 2s.e m.uoh

o7V.i uoto& 3en rô>c>ht eioi HeMRô^ no ht e2s.toq dauj^nepèai^nTdui eqj^ e&h?V. eqjeu
MMdvTT^Tq 2s_e ^iôvAvoni hhi HOTTReoy ôviepp^Trno^p^qiein2 eTRivoeapecic3 MHi^pT-
cocTOMoc+ e^OTTCvCi icodwHHHc. q^ep <>oq^ eujcoR iMujcvHoircoujT M.<p-\ HTeqs'noTn eô&e
HôvipcoÊt q>èvï. to TVoinon on £en n2s_mepe nd>.iioT ee^oTresÊi es&Êie». eeocpïTVoc5 m-
es.p^ienicHOHoc 2s_e hô.i hô^h enoeMci Mnequco^- otoo ^q^" mhihh«s. £en q^ot-
hott OTrop ^htcootthott ivHCOTTTioH HeqccoMô^ eeo-5-^& e&oTV. ee>peHRtoc AVMOq RiSTis.
niHdwHion nTe niivp^xiieniCHonoc oiro£ £en n2s_m^pe c"^ hotthott necui ujcohi

de la mort que pour un homme mort dans l'inimitié de son frère. Si vous voulez
le savoir, ô mes bien-aimés, moi, je vous raconterai la vérité, et ce que je vous
raconterai maintenant est arrivé de mon temps et je l'ai entendu de mes oreilles,
moi, votre père Cyrille.

Il arriva aux jours de mon père Théophile l'archevêque, sur le trône duquel
je me suis assis malgré mon indignité, qu'il se coucha malade de la maladie dont
il devait mourir : tous les clercs pleuraient, l'entourant de ça et de là, criant avec
larmes, disant : «Malheur à nous, ô notre père, tu t'en vas et nous laisses orphe-
lins.» — Il nous dit : «Malheur à moi, ô mes enfants, parce qu'il n'y a dans mon
cœur aucune œuvre dont je sois affligé, sinon celle-ci; j'ai pris un calame, j'ai
souscrit à la déposition du Chrysostome saint Jean; je crains, lorsque je paraîtrai
devant Dieu, qu'il ne me demande compte de cette œuvre.» Du reste pendant que
mon père saint abba Théophile l'archevêque nous disait ces paroles, nous étions
assis autour de lui, et sur le champ il rendit l'esprit. Et nous nous levâmes, nous

I. Cod. «eo-ç-r'A.Aoc. — 2. Cod. <s.iep^n,noir:p&.^)m. — 3. Cod. eTmv&epecic. — 4. Cod. M.my^'pn-
coeTOjA.oc. — 5. Cod. «co^TrAAoc.
loading ...