Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 193
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0299
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

neqmuj"^ 2£_e equ^ep ott n^q. mpcoAvi 2s-€ eTeqoi I12&.&.2S-i epoq £>en ii2£.in^peq-
ccot€M 2s_e is.TgiTq emujTeivo eTTOTTCouj HTeq^noq^cic eneqpe%.c^ HTeqcfi Avn^co
eftoTV. ivre neqnofti neM h2î_coh eftoTV. AUieq^coon eoTrcon1 eryog evqTconq ôwquje nôwq
uje^poq eniujTeuo oirog ne2s.is.q Hes.q 2£_e co ottïh^tk néon co nevcon emievueq 2s.e
es. q>^- ôô».^m€h e^oTrn eTiiexPcon eeo-yôwfc utc ^MeTMes.pTTrpoc eepeivujcom eitoi
ngicoc2 n- (fol. 231 Mil) ujen £>ici ne.m. neq-ucmouetiHC nujHpi ihc ïi^c. e\iccoTe.w
u^p co nô.jw.enpjT 2s_e cenev^- exnocpevcic epou eïieqpexc^ oiro£ ïit6i\5î auii^çTVom
ndwTTd.uo. ^-noir 2s_e ^"^£0 epou 00 n^con eepeK^co nui e&o?V. 2s_e è^hor ne eT^qep
tio&i ' epou oicog epe mes.piKi cri epoi neou 2^e mmoii Teudipiui mm&t. miou 2^e
euiou OTT&.ce&HC npeqep noki epou AuiepcjcoTV. ujes, q>*^ ei\2s_cmT epoi mauju

^-n^en nôwMOTr nm mmôwTt^t. co nevcon ïienoe ihc ti^c 2s_co mmoc âen nieirexpce-
?V.ion eeo7Tis.fr 2s_e expeujevtt neivcon ep no&i epou 113 ncon Avnieçjooir HTeqi ujevpou
eq^cjo epou ^co ne^q e&oA. ottoç) Sen ^OTmoir q>H eeoTrcouj eep Mis.pTirpoc
evquje Hèoq <M cpoirei e&oTV. gev nequjq>Hp oirot) Mneq^co nô>.q e&o?V.. ottoo ôwqTconq
M2£.e TLnveoTTôwi e^qi e£io?V.j£ett TiiujTeuo eqpi.vu eqoi neMUdO) iioht âen OT5\m.eTOOTO.

qui était son ennemi, lorsqu'il apprit qu'on l'avait jeté en prison et qu'on pro-
noncerait sa sentence le lendemain, pour recevoir le pardon de ses péchés
en même temps que son combat s'achèverait, il se leva, alla le trouver en
prison, et il lui dit : «O que tu es heureux, ô mon bon frère, car Dieu t'a pris
pour ce saint combat du martyre, afin que par tes souffrances tu sois l'égal de
son fils unique,4 Jésus le Christ. J'ai appris, ô mon bien-aimé, que demain I on
prononcerait ta sentence et que tu recevrais la couronne immortelle; maintenant
donc, je t'en prie, ô mon frère, pardonne-moi, car c'est moi qui ai péché contre
toi et qui t'ai querellé;5 mais pour toi il n'y a pas eu de querelle de ta part. Moi,
moi, je suis un pécheur impie; je t'en prie, ne va pas vers Dieu irrité contre moi,
que la mort ne me soit pas donnée à moi seul, ô mon frère. Notre Seigneur Jésus
le Christ le dit dans son Évangile : «Si ton frère pèche sept fois contre toi dans
un jour et qu'il vienne t'implorer, pardonne-lui.» ■— Et alors celui qui désirait
être martyr, se tourna en arrière de son compagnon, il ne lui pardonna pas. Et
l'autre se leva, il sortit pleurant, dans une affliction excessive.

1. Cod. tTs-con. — 2. Cod. «çttcoc. — 3. Cod. neT«.qep*iofii. — 4. Mot-à-mot : égal avec son fils
unique. — 5. Mot-à-mot : et la querelle m'a pris.

25
loading ...