Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 196
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0302
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
îgb

E. AMELINEAU.

IV. LETTRES DE PIERRE MONGE ET D'ACACE.1

«esi2 «e HienicTO?V.H «Te e\&&es. neTpoc neM e\Res.Kïoc3 ïiie^p^çienicROTioc htc
KtottCTdarrmo"5,Tio?\.ic ' £otc eres.qep.ueT£\.ttoeiH.5

oti^- «emcToTVH htc es&ftd,. neTpoc CTevqoiropiic «esiiexuioc0 €Te.u.ïieqc;5es.i
ces.&o7V. MMOC.

eicpHT £fK toh n^oeupecicf1 ercoq htc ^-cyno^oc «Te ^çasAiiH^oin epe meyexuue-
"\ion eooTà.& 5en neq2s.i2s. oiroo es.q2î_e nexices2s_i nui 2î_e ei^H £en KOttcres.ttTi-
«OTmo'À.ic10 ^qoTrwpït oes.poi" H2s_e es.Res.Kioc12 MTieq2^ies.Rcon ottoc) e\qo7Vr H2s_(opg

Ce sont les lettres d'abba Petros et d'Acacios l'archevêque de Constantinople
lorsqu'il se repentit.

Première lettre d'abba Petros qu'il envoya à Acacios sans (suscription) écrite
à l'extérieur.

Le diacre Julianos est venu en mon chemin, pendant la nuit, dans le lieu où
j'étais et fuyais l'hérésie impure du synode de Chalcédoine. Il tenait les saints
Evangiles à la main, et il me dit ces paroles : «J'étais à Constantinople. Acacios
envoya vers moi un diacre qui me mena, la nuit, dans le lieu où dormait Acacios.

i. Ces lettres se trouvent dans le ms.Vat. n° 62. Je n'en connais pas la pagination, car on ne m'a
pas permis de voir le manuscrit. J'ai copié le manuscrit de Tuki qui se trouve à la Propagande. Cf.
Zoëga, Cat. cod. copt., p. 97. Cette copie de Tuki est défectueuse par endroits, mais non pas tant que
l'on veut bien le dire d'ordinaire : les fautes se bornent à quelques lettres confondues avec d'autres
et qu'il est facile de corriger. Dans la correction de ces fautes, je mettrai Tuki au lieu de Cod.; mais
ces fautes pour la plus grande partie doivent être dans le manuscrit original. — 2. Les lettres sont
précédées de l'indication suivante : cott fx. n;v&cop. ô.nujô.nep^pijs. (sic) iveosi iioitçoots- iiKTpia.iui
eqoi itçon-o iTe (sic) nisoni itc (sic) e^top : quatrième jour d'Athor, si l'on en a besoin un jour de
dimanche qui soit en trop, soit de Paophi, soit d'Athor. Ce qui signifie que ces lettres devaient être
lues quand les mois de Paophi ou d'Athor contenaient un dimanche de trop, c'est-à-dire cinq au lieu
de quatre, ce qui arrive lorsque le premier dimanche du mois tombe le premier ou le second jour du
mois. — 3. Tuki &k<ski, forme coptisée du nom grec. — 4- Tuki KtoCT^HTinou-noAic. — 5. Tuki
£Te.qepji\eTis.Hoiit. — 6. Tuki &k\ki. — 7. Tuki aoiMiûittiTKC. — 8. Tuki iuer\>pcoo (sic). — 9. Tuki
it-\-oepecic. —• 10. Tuki RtoCTMiTiiioT-noA.ic. — 11. Tuki ç^pocj, ce qui est une faute évidente. —
i 2. Tuki mimu.
loading ...