Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 198
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0304
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E. AMÉLINEAU.

?V.econ rcm eTTT^ièaucTHe1 r€a\. oeapecic2 uiften. otoo eeoRTicTHc niA*.evoicTpoc
eqoi rcttîtxm^rictrc €T€ q>R ne eTepoAvo?V.ocem3 ROTqjô>.RTes.ci£s. eT0.qr2s.eAi
ni2^ie>vRCo» 5en thôvTtTVh* otoo eT&q2î_eAV ni2s_coAv. RTOTq otoo eTdvqoujq otoo
eT^qcsLiAu R&RTq 2SLe eviepdai^eeAVd>.Ti5em5 ReTTT^Hc" dvqoiOTi €Ri2vieuuiOR
otoo e».quo7V.q e&oTV. otoo tii2s.(ùav ô.qq>ô>^Tq. r&i 2s^e AvneqeAu epooT H25_e m-
a^îi&pioc TiAiooeoc n^q^H c^p côoiujûm ne MniAtcs. eTce^nujcoi. ô^ror 2s.e

R£vI2£_C0 MMOC 2S_€ Rd^Td^ OTes.OCôvORÏ RT€ niAVdvR&piOC TIAVO^eOC dwTRoTVq efto"\

otoo dwHOiv oco eTdviep MRôwO rort 2s.e ^toioti enô.2^idvRtoR daepRto7V.TeiR7 eujTeAv.-
«peTiupcoTn ujwns Sen RiegooT eTeAVA^evr. ^rot :x.e eiep oo^- tor r^-othot
rt€ ne^mot rca*. 11100.11 rtc q>^\ ^00 otoo ^ce&TioT 5en çh>û& ni&en c^cot
MTieRO^RT otoo ^•epAv.eTôkRoeiR8 otoo ^•epôvRô.^eAics.Ti^eiR!» Ro^ipecic10 ni&eR. o^coc
2>.e eTè^q^e rô^i rhi R2s_e iotAi^roc" rô^i^rcor £eR otôvH^uj neJV.m euoTopnq

0^.pOR OTOO ^IC^e rr eT^q2SLOTOT RRI R^R <MR£v IC2S_€ KdiTdi OTM6ÔMHI ROOR

ne eTevR2î_e n&.i Res.q rt€rc£&.i rri.

hérésie. Mais Théoctistès le magistrien qui est eutychien et professe une doctrine
phantasiaste, ayant trouvé le diacre dans la cour,12 prit le livre de sa main; l'ayant
lu et ayant trouvé que j'anathématisais Eutychès, il frappa le diacre, le chassa et
déchira le livre. Le bienheureux Timothée ne sut pas cela, car il était en haut à
l'étage supérieur.13 Et moi, je me disais : C'est par l'ordre du bienheureux Timo-
thée qu'on l'a chassé; et moi aussi, comme j'étais triste de ce qu'on avait frappé
mon diacre, j'empêchai qu'en ces jours il y eut réconciliation. Maintenant donc,
je suis rempli de crainte devant l'heure de ma mort et du jugement de Dieu, je
(te) prie, je suis prêt en toute œuvre à persuader ton cœur, je me repens et j'ana-
thématise toute hérésie.» — Et comme mon diacre Julianos m'a dit tout cela
avec serment, je l'ai envoyé de nouveau vers toi et je t'ai écrit ce qu'il m'a dit,
afin que, si c'est vraiment toi qui lui as dit ces choses, tu me l'écrives.

1. Tuki eTTu-;)çha.iucTHC. — 2. Tuki oepecic. — 3. Tuki 6.Tepoojn.oA.o^m. — 4. Tuki itiOTi-Aû>\ (sic) :
peut-être faudrait-il lire oirAton. — 5. Tuki n«.-©eM«.Ti3m. — 6. Tuki eis-Tu-^h, forme coptisée, quoi-
qu'elle paraisse encore grecque, du nom êittu-^chc. — 7. Tuki ^lepHtoAn-. — 8. Tuki •\,ep.m.eT<s.noiii.
— 9. Tuki '\-epiyiifc.«eM.Js.Ti3iii. — 10. Tuki çepecic. — II. Tuki nace iou-A.ia.ne, ce qui n'a plus de
raison d'être. — 12. Il s'agit ici non pas du palais, comme traduit M. Revili.out, mais de la cour qui
précède le palais dont le rez-de-chaussée ne contenait pas d'appartement, mais formait une sorte d'im-
mense atrium. — 13. M. Revili.out a omis cette phrase.
loading ...