Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 199
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0305
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

iq9

cmott^- ïienicTo7V.h HTe neTpoc eqc^ôwi h&.k£s.kioc.1

neTpoc niôwp^seTiicKonoc «Te pexHO^- eqc£e\i Ke\R«\Rioc.2 Menencd». h ne^oov
ic2î_eH eTevioTTcopix Oôvpou enexsvieuuoH iOTr7V.idwHOC3 dvqoiroopn H07reRicTO?V.rt ht^c
hhi HTOTq Heeocvocioe neqev?v.er5" ottoc) eTes.iues.ir enn gtc^hottt cesfeo'A. m.uoc

.UIUOTCOUJ e^- OTTO) MAIOC OTTOO^ 6COUJ M.MOC q\U.eTe\T^ AVêv"^ HT6 UH eTCjiHOTfT

cesftoA av.uoc. «escc^KOTTT ce\p Auiesipuq^ Tie 2£.e mhic Avq>H eeo-?re\& e\&&es neTpoc
Ttiesp^senicKOHOc HTe pdxRoq^ oiroo AUies/rpiesp^Hc e&eû\oiTeH d\Ris.Rioc4 ni-
exp^ienicuoixoc ht€ RioHCTes.HTiuomroA.ie.5 es2£_oc otth nui 2s_e e^&e ot eRMOTT^"
epoi 2s_e esp^ieïiicjvonoe qjR eTes.Ricoc mmor uesTes. ^>pKq- eTes.r-u.em £eH ottcmh
ecTVoki eepnevoesipem? aiaioi Resis euepeecopem'' h^AveT2s_cùpi HTe mpco.vu. esHOR
oiresp^ienicRonoc uex.p ctc AineoTy.! epReveexipem10 auw.oi rôsH ^otojuj rôwH
^ottcouj ex», esiespeo t*e\p enmescy^ HTe q>^- ues.Tes. 2s_o?V.q eftoTV ncoc 2s.e eivepToA-

Seconde lettre d'abba Petros écrite à Acacios.

Petros archevêque de Rakoti écrit à Acacios. Quatre-vingts jours après t'avoir
envoyé mon diacre Julianos, Théodosios son serviteur m"a apporté de sa part
une lettre pour moi, et lorsque j'ai vu ce qui était écrit sur la suscription, je n'ai
pas voulu l'ouvrir ni la lire, parce que je n'admets pas ce qu'il y avait d'écrit." Car
il y était écrit : Donne-la au saint abba Petros, l'archevêque de Rakoti et le pa-
triarche, de la part d'Acacios, archevêque de Constantinople. Dis-moi donc pour-
quoi tu me nommes archevêque, moi que tu t'es empressé de déposer, comme tu
l'as voulu, avec une parole insensée, regardant la force des hommes. Moi, je suis
archevêque, car personne ne m'a déposé, que tu le veuilles ou ne le veuilles pas,
car j'ai gardé la foi de Dieu et ne l'ai pas reniée.12 Mais comment oses-tu te nom-
mer archevêque? Est-ce que ta conscience, qui n'est pas en dehors de toi, ne te

I. TlJKI llCvRi\RI. - 2. TUKI StiM\A.RI. - 3. TuKI I O^AlCOie. - 4. TuKI CvRiMU. - 5. TuKI Rùl-

CT^llTIBlOTnoAlC. - 6. TUKI HMOT'I. - 7. TuKI eepRS,«6p ISt. - 8. TuKI Re.--9. TuKI Rgp^cSpill.

La restitution est douteuse. — 10. Tuki cpRiyoepist. — i i. M. Reviixout traduit : je ne voulus pas
l'achever (sic) ni la lire à cause du peu de convenance de cette suscription. L'expression otco veut dire
ici solvere, rompre le cachet, c'est-à-dire ouvrir la lettre. Le reste de la traduction est très éloigné du
sens de la phrase copte : ■^-.sv.eTevT'^ signifie la non-admission. Pierre n'admettait pas que l'arche-

vêque Acace fut encore archevêque parce qu'il l'avait rejeté de sa communion : voilà le véritable sens.
— Il faut aussi noter plus haut que le mot ^.Aott a tous les sens du mot latin puer : il ne s'agit pas
ici d'un jeune suivant, mais d'un domestique ordinaire. — 12. Mot-à-mot : j'ai gardé la foi de Dieu
contre la négation.
loading ...