Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 202
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0308
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
202

E. AMÉLINEAU.

neaooc' eac£e moicon2 nTôwC ndvK 3en Tô.ieniCTo?v.h ôm. nsa ne tin gtc^hottt
cjioyrc tii^hûc nTe ^■opôoîx.orjie». otoii^ efro?V. hhh eToeMci £en r^ç^ri hcav

T;*HlîlI M^>AVOTT. 3en OTMeôMHI Uô>.p È^q^MOni n^OIROTMeUH n2SL€ OTT^ÇèvSU tlT€

^■MeTfven^o^" ne.w ott.weT&eTVTV.e crog eT^nftdkUjTen3 mihô,^ Tennefci £en t|>hot«
h^MeTpeq2SLCo'A. ekoA nTe hi2slcoh nTe tpMOTT owcTe* mKe2s^.Trei:x.5 nTeqep-
\J?eJJV?V.em e^&HTen £en oTTMTiujev 2s_e evypim efroA THpcry ô/yep&myevy eoTrcon6
mioh 2s.e THpoT 3e*. nipeqep no&i nevTà. |cmh htc nmpocpHTHc dwtt^çoo Mty^
nccon enep ujcpHpi" mïichj ngô^n oirpoocnr npeqTî n2s_onc oirog niMOTe nTe nin^o^-
eTcoTTCon OTOp eTep OTTCoim ô^nSenoq eefte noocs* nnipccvu. OTronou eftoTV. ni-
3h&c nTe ^-opeo^o^iô». oiroç» ô.pi ennemi epon 3e*. hh eToeMci 5en n^çe^ni
.w.nio7Tcoini nTe -^opeo2^0£iôw. Si miuki8 ncTecpe^noe mujopn nôvp^ï^idwuojn

forme en vous. De la lettre que tu m"as envoyée sans l'avoir lue (et avec justice)
je t'écris une copie dans celle-ci. Voici ce qu'elle contenait :g O lumière de l'ortho-
doxie, manifeste-toi à ceux qui sont assis dans les ténèbres et à l'ombre de la
mort; car, en vérité, les ténèbres de l'incrédulité et l'aveuglement se sont em-
parées de la terre habitée, et depuis que nous nous sommes dépouillés de la foi
nous nageons dans le gouffre de la négation et la plénitude de la mort, si bien
que David a aussi chanté pour nous qui en sommes dignes : «Ils se sont tous
détournés, et tous à la fois ils sont devenus indignes», car nous tous, pécheurs,10
selon la parole du prophète, nous avons laissé Dieu derrière nous, admirant la
force et la violence des rois; et la splendeur de la foi droite et illuminatrice,
nous l'avons éteinte pour (posséder) la gloire humaine. Manifeste-toi, lumière
de l'orthodoxie, illumine-nous, nous qui sommes assis dans les ténèbres loin de
la lumière de l'orthodoxie." Prends la ressemblance d'Etienne, le premier diacre

i. Tuki c^iRe<oc. — 2. Tuki iiiojrcon. — 3. Tuki ÊT^uÊ^ujTeAi, faute qui doit être propre à Tuki.
— 4. Tuki çwcd^c. — 5. Tuki 2>^Ti2y., orthographe non habituelle. — 6. Tuki eis-con. — 7. Tuki
«ep uj'^>Hpi. — 8. Tuki cTi nivitcotti, mauvaise lecture qui signifierait : prends-nous les pierres d'Etienne.
L'expression revient plus bas. — 9. Mot-à mot : Voici ce qu'il y avait d'écrit en elle. Ce qui suit est
une interjection; M. Revit.t.out l'a pris comme un accusatif sans faire attention au suffixe de la seconde
personne : otoiiou : Fais apparaître le flambeau. — 10. M. Revii.t.out met ici : «nous tous, pauvres
pasteurs», ce qui n'est pas dans le texte. Il a sans doute voulu justifier ainsi sa traduction de io^i
par bercail. Toute cette lettre n'est qu'un pathos assez difficile à traduire, même à comprendre. C'est
bien le génie copte dans toute sa beauté lorsqu'il vise à l'éloquence et sort du cadre des récits qui
lui sont habituels. — 11. Mot-à-mot : Dans les ténèbres de la lumière de l'orthodoxie.
loading ...