Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 207
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0313
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

207

AuppH^ noTOMO?vopiTHc HTe ti^c eujcon ce\p ôvRujTCMUjOTiTen epoR omes.
eCioTvgiTOTK ttTeqnogeM n2s_e ni7v.is.oc ottoç» nTecujtom H2<t.e ^25.1 n<5ioTn ^■«è.tji £es.n
tiejue\K MneMeo .wnikHAies. MTe n^çc «cm mmôo nneqes.pce7v.oc THpoTT. miok
uôsq ^■nes.epes.Hes.ee.u.es.TiTem1 eic£es.i £en Tes.2i.12sL 3en TesienicToTvn ee\i MniTO-
avoc HTe Tveton new. ^■cirno2s_oc nTe ^es.7V.KH2vC!0H tie.u. otou niÊien eTq>cop2SL
MmoTres.1 n^çc e&oTv qyycic chott*^" ottoc? ^nes/x^es. pcoi ei2£.oo Mnes.oesn .u.ni.u.es.1
pcoMi q>^ kïm TeRAieTicoT eeoires.£i npequjenoKT.
^-.w.es.g 2s. nenicTo7V.h nTe esk&es. neTpoc.

neTpoc nies.p^ienicRonoc nTe pe\RO^ eqc^eu nes.Res.Rioc.2 ee&e os- nipcxjAu eu-
*omS€m3 nTesvJnrx^H eTeeûiHOTTT ee&e ot es;"! oes.n4 epoi. ujes. e&oim ecpooir neu^n
mtotr ne Mq>pH"^ noTres.ce£iKC otoo nes.Rmc mmor HcepKes.ees.ipem5 mmoi oto^
nicHqi" nTe noirpo nes.ro'ycopn maiioott £e\poi ne. ^tyrai? ces.p es,n ei2£.to n^Avee-
aihi nevu. ^-hott 2te enujeopTep8 mmoi eRTevTvo epoi tiges.» &es.poc £otc ujopn
eRceMi epos MqV^ otoo eRTesTvo epoi no7TRm2s.Trnoc9 q>h eTe maioh uj2s_oa\. mmoi

confesseur du Christ; car si tu ne nous reçois pas à toi afin que par toi le peuple
soit sauvé et que la réconciliation ait lieu j'entrerai en jugement (contre toi) en
présence du tribunal du Christ et en présence de tous les anges; car moi, écri-
vant de ma propre main, j'anathématise dans cette lettre le tome de Léon et le
synode de Chalcédoine et quiconque sépare l'unité du Christ en deux natures.
Et je me tairai ayant exprimé mon jugement10 à ce Dieu qui aime les hommes
ainsi qu'à ta sainte (et) miséricordieuse paternité.
La troisième lettre d'abba Petros.

Petros, archevêque de Rakoti, écrit à Acacios. Pourquoi, ô homme, brises-
tu mon âme? pourquoi me juges-tu? Jusqu'à ce jour tu me regardais comme
un impie, tu t'étais hâté de me faire déposer, et les glaives du roi, tu les as
envoyés vers moi. Je ne rougis pas de te dire la vérité. Maintenant tu me
troubles, tu m'imposes de grandes charges," lorsque d'abord tu m'accuses

i. TUKI ^nft.Cpfc.n.ft.^eMfc.TI^ln. - 2. TlKI Ufc.His.iU. — 3. Tuki kSomSe». — 4. Tuki oa.n. —

5. Tuki ncepH.ft.eepm. — 6. Tuki mcnqi (sic). — 7. Tuki -^ujHn, ce qui a un tout autre sens et ce qui
voudrait dire : Je ne cherche pas à être agréable. — 8. Tuki nujeopTep. — 9. Tuki tioTKTti^moc. —

10. M. Revillout traduit : je prends pour juge, ce que ne signifie pas l'expression eiacco jA.nft.ojvn. —

11. M. Revili.out : supplices : il a lu fift.cft.uoc pour fi&.poc.
loading ...