Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 211
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0317
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

21 1

e^mo mtiim^ci oirop ^qepn^pdkk^mem1 iicm ns?V.d>.oc Tnpq otoo e&oApiTen
m^po nTe ^.ueTpequjeMpHT nTe mcottcuc dvqujiuym 5en oir)£io'A.eAv. emo-y^^i
me&oApiTen qï^- cyop Auxeqep uje.u.MO e^-.weToiTHft dJA.7V.es. ô.qopi eqoi iiotkê .M.q>'y
ujô. H2s_coïi e&o?V nTe neqepooTr. 6~i nes.u auiihi auucûtchc nipe.u. pev/yiu Rd\T^ q>pn^
€Tes.i2coc oirop couj eppm e2tcon pes. noc Mq>pH^ m^h oirop eppm neAv^n

pocon2 poncoc nTeuôvMOHi nTen2S-i2s_ eTcopeM oirop nTeuqo2£_Ten e&o?\j£eu
exAien^- nTe 'y.ueTdwônev.p^- ottoo ttTeuTi*.pon epe^Ten €2î_en oirneTpÈv ecTd^pnoTT
oirop MMf^MHi €T€ q>e\.i ne me n^çc nôtres. ne\.t?Voc MnidoiocToTvoc eq^Lco m.uoc
2s_e ^-neTpev ne^çc q>n eTdwqep pcoMi ee&e uep?V.i npai& ô,n e&n?v nTeqnope-M.
Auicenoc nnipcoMi. m^oo oirn eq>^ co nevicoT 3en oir.M.eTdvo.M.o'ynn om& nTeq-
ujonTen epoq enepMeTevMoeiu3 pme». nTe nuj TeAVTis.no &en OTS^con. evnes/y eni-
mn2s.irnoc+ eT^n nes.n e3pm e2s_en ^oinoTMenn ottoo MnepSi ^ottco eujTeM-
ujonTen epon enepMeTes.noem5 ottoo nTenoarm nmenn?v.Hci6. eoTAveTOTreu.6 ^iio-y
c^p on eiep^nevoeAiesTi^em? nqnrnosvoc nTe ^ôw7V.i\H2^wn oirop eiepMeTèsnoems
•^■couj e&oTv 22.e eaep nofti noc euep no&i ^co hhi e&oTV. jie*. nipeqep no&i.

le peuple, lui qui fit le veau (d'or), et il transgressa avec tout le peuple; et par
la prière du miséricordieux Moïse il obtint bientôt le salut de Dieu, il ne devint
pas étranger au sacerdoce et il demeura prêtre de Dieu jusqu'à la consomma-
tion de ses jours. Sois semblable à Moïse, l'homme doux, comme je (l')ai dit, et
comme lui crie pour nous vers le Seigneur, et viens à nous pour prendre notre
main souillée, nous arracher de l'enfer de l'incrédulité et nous placer debout sur
une pierre ferme et vraie, le Christ Jésus, selon l'apôtre Paul qui a dit : la pierre
est le Christ, lequel s'est fait homme uniquement pour sauver le genre humain.
Prie donc Dieu, ô mon père, sans défaillir, afin qu'il reçoive notre pénitence et
qu'il ne nous perde pas pour toujours. Vois le danger que tu cours à cause de
la terre habitée, et ne tarde pas à nous recevoir dans notre repentir, afin de ré-
concilier les églises dans l'unité. Car maintenant, j'ai anathématisé le synode de
Chalcédoine et je me repens, je crie : J'ai péché, Seigneur, j'ai péché; pardonne-
moi, je suis un pécheur.9

i. Tuki &qepnisp?vÊeiuu. — 2. Tria çoeon çocoii. — 3. Tuki euepAv.eT;s.iioiit. — 4. Tuki eviiRis-ti-
■2>_!koc. — 5. Tuki euepMeTô.uoiit. — 6. Tuki e^MeTOir^i. — 7. Tuki eie&pno.«e.m.*.Ti;5i!i. — 8. Tuki
eiep^cT^iioin. — g. M. Reviixout ne traduit pas les derniers mots.
loading ...