Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 213
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0319
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC. 2 1 3

OTTtt ô.KOK ottcho& MMTTCTHpiOU c2s_eK nCCOAlA H^eKK.TV.HCId». THpe

enoTCOM ah hotcoik neM em^nrAUA1 otto£ eneiùoc ah HOTneg oiroo encoj ah hott-
npn ne.u oirciKepA2 aATVa e&oA^eM ni2s.poo2s. «Te nKApi enujAmy AmencoiMA
Hpeqep ho&i ^en <>ah epAuooin AuiiegooT hca*. me2S-copg en^o eq>^ q>H eTipi
mihw h€av otoh mften oonwc HTeq2s_0"yujT e2î_en TetiAieTAiioiA otfo£ HTequjen
eHHOT epoq otto^ HTeqTOTr&e «khoit eqvycic cncs*^- htc ^cvho^oc htc
!iH2^_(0H. oirog Menencis. m^.u Heoooir HTe ^HHCTeiA3 totc q>^- HA<y"copn hah
e&oTV ottoo quATAAion €hh eTetiHAAiTO-y otfoo qHACfcopn hah e&oTV. MneqHAs

HCAl H6qM€TU|enOHT.

■^aiao :x. nenicToTVR HTe akakioc.i

akakioc5 eqe£ea AineTpoc niAp^iemcKonoe HTe pAno*^. -^ujen £mot htch
q>^- hakot eeoTAk 2^e AqetOT Aine ko ht eep ujcpnp nujen aikaçj neAim \£a ns-
peqep nofti oto£ eTA.qTA.ko iuatch kott2sli. ^njen oaiot htch cpn CTAqHA©-
Av.eT edoAoïTeu KeneirjÇH etfOTH eneqoTcomi eooiFAk iiioaiot AiqV^- ujhu cpH
eooivtoiu HTe ptoAu nooeAV ovoo htotti encoTren n^.ue^AiHi. ^-HHCTeiA6 hcm

donc pénitence, moi et toi, dans une œuvre mystérieuse, pour le corps de l'Église
entière, ne mangeant pas de pain avec trop grand désir," ne nous oignant pas
d'huile, ne buvant ni vin ni bière; mais nourrissant notre corps pécheur avec les
produits de la terre, dans les larmes, le jour et la nuit, priant Dieu qui fait miséri-
corde à chacun, afin qu'il jette ses regards sur notre pénitence, qu'il vous purifie
des deux natures du synode de Chalcédoine; et après ces quarante jours de jeûne,
alors Dieu se manifestera à nous,8 nous apprendra ce que nous devrons faire et
nous fera voir sa pitié et ses miséricordes.
Quatrième lettre d'Acacios.

Acacios écrit à Petros, l'archevêque de Rakoti. Je rends grâces à notre Dieu,
ô mon père saint, de ce qu'il a persuadé ton cœur de partager mes peines à moi,
pécheur, qui un peu plus étais perdu. Je rends grâces à Dieu qui m'a reçu par
tes prières dans la lumière sainte. Que soit bénie la grâce de Dieu qui désire que
les hommes soient sauvés et qu'ils arrivent à la connaissance de la vérité. Le

i. Tuki neM.ni'»ir.M.i&. — 2. Tuki ivoTC-ruepcv. — 3. Tuki -^uhctkv. — 4. Tuki k.&k&ki. — 5. Tuki
&K&H.I. — 6. Tuki ■^•tiHCTiev. — 7. M. Reviixout : «ne mangeons pas le pain de la convoitise», ce qui
a tout l'air d'impliquer un sens métaphorique. D'ailleurs il n'y a pas irre, mais iicm.. — 8. M. Revii.-
j.out omet ces mots qui expliquent cependant les révélations qui suivront.
loading ...