Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 216
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0322
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E. AMÉLINEAU.

2^o^oc. dkioircopii 2s^e nevicoT hô^h n^MeTpeA^oe1 uô.t^ ottôwt ïioht nTe cp^-. ^\M.eT-
a.u^eoc nTe hcav. q\ueTAVèki pcoAU nTevq ^ciTcopn hhi e&o'A. 2s_e e^q^çoo hmi
e&oTV. oirog ^qujoïiiv epoq otoo ^qSiopit ïihi efeoTV. nipeqep no&i oiro^ hô^tav.-
nujes. HOTmity^" m av.it cthpion cp*a eTe oco^ ne HTOTTTbpnq nèv\v e&oTV. otou £en
tichott n^nd.fJpopcv e«ery&îi eujton nTecujcoHi naLe ^oiuonoAUd,. ht€ ^sti ngcoTn
nTe nieRHAncies. 5en mnfs.p^r; nopeo^ogoc om&. nTeu^- coott AUieqp^n eeo7Td«.îi
ic2s.en neneo uj*. nienep THpo?t doutn.

Menencô^ nes.i 2^e eT^irocoTV. enujcoi euwncT^nTiHOTTTioAic2 H2s_e ni^eTVTVoi nTe
nuj&qe hcav mqîï?V.onoinoc3 ujes. noirpo es.quj(Oïu H2s.e naa encoTiivon cpea.

dwirTonpes.TCop n^ieev^ pnwn eirce&Hc mueTHC Tpones.ioir)çoc5 avcuictoc 2»_e
ce&^CTOc" eviruoTrcTOC nnevpôwuo^" neAV. ^TVttCih neM ne». *i;TienTds.T\o7Vic nienicKonoc
neAV m7V.ivOC. *i;^px.H HC,W- TiiTôw2£.po ^ss-Oaa. 2s.e neA\. niocm?\.on nevTuj'r; cry&uq
nTe TenMeTOTrpos eneAU epoq 2s_e equjony efeo7V.oiTen nin^o^- nop^o2^oc:oc oirog

ô mon père, selon la persuasion de Dieu. La bonté de Dieu et son amour des
hommes se sont manifestés à moi parce qu'il t'a pardonné et t'a reçu; et il m'a
montré, à moi pécheur et indigne, un grand mystère qui doit t'être aussi mani-
festé à l'heure de la sainte oblation, si s'accomplit le plan de la réconciliation
des Églises dans la foi orthodoxe, afin que tu rendes gloire à son saint nom
depuis le siècle jusqu'à tous les siècles, ainsi soit-il.

Et lorsque furent abordés à Constantinople les vieillards du désert et les
(hommes) aimant le travail, fut (rendu) ce décret d'union.

L'empereur césar Zénon, pieux, vainqueur, triomphateur, très grand, véné-
rable, auguste, à ceux d'Alexandrie, de la Lybie et de la Pentapole, évêques et
peuple.10 Le commencement et la force, la puissance et les armes inexpugnables

i. Tuki MAveTpeji\çc sans article. — 2. Tuki eivùicT*.itTinoTnoA.ic. — 3. Tria itK\iT'A.onoiitoc. —
4. Tuki uec^p. — 5. Tuki TponeoT^oc. — 6. Tuki ;x.e ic6Êa.ctoc : peut-être y a-t-il dans le manus-
crit original &.ei ceÊ&CToc. ■— 7. Tuki k& pa.uo-\- sans préposition. •— 8. Tuki ivre Ten*tTOTintÉ, ce qui
ne peut donner ici de sens convenable; d'ailleurs le texte grec exige la correction. — 9. Tuki qujcm.
— 10. M. Rf.vit.i.out traduit ainsi ce préambule: «L'empereur César Zénon, pieux, victorieux, triom-
phateur, très puissant, toujours auguste, aux habitants d'Alexandrie, de la Lybie et de la Pentapole,
évêques ou peuples, puissance et force.» Il a ajouté au protocole les deux premiers mots de l'héno-
tique. Le texte copte qui renferme un au second membre de la phrase aurait dû lui faire voir son
erreur : d'ailleurs le texte grec montre aussi que ces deux mots commencent le décret au lieu de finir
le préambule.
loading ...