Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 217
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0323
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

217

tt€KM.HI MM^tt^Tq q>H eTôwTTCeMHHTq M€tl H2S_e TIITIH HIO"^ e^OT^Êl HH eT^VOtOOTS"^

£en tuue^ ^-ft^Hi efro7V.CMTett tii2s.om mtc nmni», eeoirivft ^-?rT&2î.poq U2s_e nspn
eT^TS-e^ooir^- 3en KumcT^HTmoirïioTV.ic1 mo*^ eeoir^Ci. ïiie2s_cop£ hcm megooir £en
TipoceTr^H tti&eti neM cnoir^h m&en jiêm homoc Tettoirdkgc^cmi e^Avom enea-
nevo^" j£en 07n-fc.2s.po Sen ^■iuvôoTV.iiih o-yoo hô.ïiocto?\.ihh neïVHAHci^ £eu mô>.i
m&ert ovoc> ttTeces.ujfc.1 £en n^me^or^- nopeo2^ogoc ^tt^ho ottoo ha/Omott mm*.tt

MT€ T€HM.€TOTTpO HTOTTUJIOÏII 3611 OTTOipHttH «CM OTTAieTOTôvI tt2S_e ïtlAèvOC UeT-

ceCme tiTOTTini e^o-TH eoôvti npoce-y^H eimjHn Mq>^- eopm e2*.et\ TenMeToirpo
nennHÎi i?d«.p ny^c Tiennes"^ q>H eTevqS'i ce^pg e&oÀ^en q^nev Mn^peeuoc jw.&.pie».
^■m;s.c noTT^- equjcon epoq MTxeTenujeMuji neM. îi€Ten2s.i ïi^-coott nôvq oiroo equjoir-
ujott2 e2S-Coq £>en q>es.i «jqvyA.H Men «Te mno7Ve.u.oc eottfc£o.u.;5eM ^geipHtm3
neM necneenô.neTr ottott2s_ôvi 2s^e neM o^u otttô^o4 eTttdaieT5 ottoo HineoTon
eTep noqpi eveTHiTOTT ttmpcoMi eftoAcHTen qv^. "^noir 2^e fcirmi nes.n noT2veHcic
n2S-e° oeai Aievi no-y^ tid.p^i.w.ôwn2s.piTHc7 ne.u. o^vit £e\"\oi upcu. nujfcqe ncu.

de notre royaume, nous savons qu'ils sont dans la foi orthodoxe et la seule
vérité que nous ont exposée les trois cent dix-huit pères saints qui se sont réunis
dans la ville de Nicée par la puissance du S1 Esprit et confirmée les cent cin-
quante pères saints qui se sont réunis à Constantinople. La nuit, le jour, en toute
prière, en tout soin et (toute) loi, nous ordonnons de tenir cette foi avec fermeté
dans l'Église catholique et apostolique, en tout lieu, afin que l'Eglise croisse dans
la foi orthodoxe, (car elle est) la mère incorruptible et immortelle de notre
royaume, et que les peuples pieux soient en paix et unis, qu'ils offrent à Dieu
des prières agréables pour notre royaume. Car (si)8 notre Maître, le Christ, notre
Dieu qui a pris chair de la sainte Vierge Marie, mère de Dieu, reçoit à lui notre
adoration et notre glorification et se loue de cela, les tribus des ennemis sont
brisées, la paix avec ses biens, le salut et ses fruits heureux et toutes les autres
bonnes choses sont donnés aux hommes par Dieu. Maintenant des archiman-

I. TUKI KCOCTevIlTIIlOTnoAlC. - 2. TUKI qUJOTUJOT. - 3. TUKI ^-ÇipilllK. - 4. TUKI OTTJiT^. -

5. Tuki enevtieT. — 6. Tuki ace. — 7. Tuki ite>.p;)ÇH.M.ovn.ik.piTHe (sic). — 8. M. Revili.out n'a pas tra-
duit le rapport que les phrases suivantes ont entre elles, comme le texte grec le fait voir. J'ai mis si
pour remplacer la sorte d'ablatif absolu qui se trouve au premier membre de phrase. La victoire sur
les ennemis et la paix dépendent aux yeux de Zenon de l'unité de la foi. J'ai traduit ce décret le plus
exactement et le plus grammaticalement que j'ai pu.

28
loading ...