Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 218
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0324
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
2l8

E. AMÉLINEAU.

£ô.n RepcoMi Rpeqep go^- eTf^£0 epon &en ges.R epMtùOTn e^esMio rott22_i roootr
rtc nieRRTVRcies. e«OTres.ft OTrog eTtoAu tmi.ue7V.oc eoTsqyqjHp M..ue7voc rr eTes. ïii-
22.es.2s-i mmoct€ neeHesReq RifceR coTUtott ic2s_eR 3es.2s.eR otfmruj rcrot. ee&e

q>e\I £s.ROR £0OR evRICOC MMOR CCCOTCM OTTO£ €22.(0 R e&oTV MRèvIgCOÊl q>e\.I e^nesneq.1

■y rotp 2s.e TenTôkMO mmcotcm 2s_e Recréa «22.1 rchoi le ReoTresi R22.1 rôcouj nn&^
ces&oTV. MRRes.0^ eTevTrceMRRTq R22_e ritir rio^- TeRResujonq epon evR es.7v.7Ves.
eujcon RTe Recréa cri RReoires.i tm&of ces.fto?V .u.q>R eTevnep ujopR M^pipi epoq
q>es.i Temps MAioq nujeMMO e&o7vges.poR. ues.p rtc ritir nio^ uevres,

q>pR*^ eTôwRRRR e22.cc TeRccoovR MMoq eqoi nes.Tfs.crRi otfoç) eqcoTTTOOR2 q>R eTes.Tr-
Tes.2s.p0q n2£.e Ripn ric^ e^OTre\& 3en RCORCTes.RTiROTrno7v.ic3 eTes.t>\u.ouji 2s^e nccoq
R22_e neRio^" e^oTresft eTes-r^cocs"^ £eR eq>ecoc rcm q>R eeoTres.& RTrpiTvTVoc otto£
eTes.qepRexees.ipeiR4 AiRiesceÊmc RecTopioc es.q5i 2s.e or Aiimfr RReq>es.7ve\ioR5 RTe
RiMes.Res.pioc RirpiTvTVoc. ottoo esROR ocoh TeRepes-Rev^eAiesTi^em6 RecTopioc ne.vi
eTTTTT^Rc7 mq>es.RTe\cie\CTRC rcu. ottor RifceR eTôwTTMeTri eReoTresi RRes,c^ ces.&o7v.

drites aimant Dieu, des vieillards habitant le désert et d'autres hommes craignant
(Dieu) nous ont présenté une prière, nous demandant avec larmes de faire la
réconciliation des Églises saintes, et d'unir à leurs compagnons8 les membres
séparés depuis longtemps par l'ennemi qui hait le bien. C'est pourquoi nous aussi,
nous nous sommes empressés de (les) écouter et d'accomplir cette œuvre bonne.
Maintenant donc nous vous informons que toute autre recherche ou persuasion
de foi en dehors de celle qu'ont établie les trois cent dix-huit pères, nous ne la
recevons pas-, mais, si quelqu'un prend une foi autre que celle que nous avons
dite, nous le faisons étranger à nous. Car, comme nous venons de le dire, nous
savons que la foi des trois cent dix-huit pères est sans tache et droite, qu'elle a
été confirmée par les cent cinquante pères réunis à Constantinople, qu'elle a été
suivie par nos pères saints qui se sont réunis à Ephèse avec le saint Cyrille qui
a déposé Nestorios, et (qu')elle a adopté9 les douze chapitres du bienheureux
Cyrille. Et nous aussi, nous anathématisons Nestorios et Eutychès le Phanta-
siaste, et quiconque admet une autre foi que celle que nous avons d'abord men-

i. Tuki e^neq. — 2. Tuki qcOTTTûm. — 3. Tuki utocTivitTitt.OTrno7y.ic. — 4. Tuki e-risqepRis^epm.
— 5. Tuki H.e(pivA.eoii. — 6. Tuki Teiicpisniv^eAiisT^m. — 7. Tuki eu-ru^H. ■— 8. Mot-à-mot : d'unir
à ses compagnons le membre compagnon. — 9. Le texte copte porte la troisième personne du sin-
gulier, et non la première comme le texte grec qu'a suivi M. Reviixout.
loading ...