Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 219
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0325
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

2ig

auiuôwO^- eTdaiep ujopïi ntpipi epoq UTe ïiitïh mo^- eeccy^Êi. TenepoMoTVouem 2^e
MniMonouenHC nujHpi tiTe cp^- otoo netittoir^ otto^1 nenoc oirop nencaymp
me n^çc. cpK ere^qep pooAU Sen ois\u.e«ja.Hi nioMocnrcioc tiTe ue/r*». ^■mgt-
noT^- enrop ncmooircioc «tô>.h neoq2 on RdwTes. ^\m.eTpcoMi cpn er^qi enecHT
ottoo ô<qep c&pg ekoTViîett ottiui^ eqo7Tdw& «cm Môvpiô,. ^-Ti^peenoc eooTT^û. Ten-
epoMOÀoueiti3 .uMoq mott^i nujHpi OTrop & ô.h. msl .vu\d>.p neM niujtpnpi Ten-
AieTi epcooTr 2s_e h&.oiris.i ne ère moT^i numpi utg tp"^ ne. iih u&.p eirpcopaL le
tm eTipi mmocj n& le n^TVin kh ee^em eo-ycp^ttT^cià. le 07T2slg)U} Tenujcoïi
mmcoott eai errmpq. eefte 2*.e "y2£.i hauci e&o?V.;Sen ^n^peenoc mti€ctottoo epoq
iiReoTes.ï nujHpi è^cooi uôvp H2*.e ^Tpi^c ecoi ttTpi&c Meneitc&. neTôwqep rtneep
c^p^ «2s_e hottôiI efto7V;Sett ^TpiôwC hTVopoc ttnoirf. TeTeneAu otk n^Menp^ 2s.e

OTT2^e OTT2s.e HieilIl7V.HCI&. THpOTT OTT2v.€ HieilICHOTIOC HOpe02^0^0C+ HTC

uieKivA.Hcies. Tencfi nneoir^i eai cysve ReoTr&j necouj OTF2s.e ReoTfc.i nc&to

tionnée des trois cent dix-huit pères. Nous confessons le Fils unique de Dieu,
notre Dieu et notre sauveur Jésus le Christ, qui s'est fait homme en vérité, con-
substantiel à Dieu selon la divinité, consubstantiel à nous aussi selon l'humanité,
qui est descendu (du ciel) qui a pris chair du Saint Esprit et de Marie la Vierge
sainte. Nous le confessons un seul fils et non deux : les souffrances et les miracles
que nous connaissons sont d'un seul (être), qui est le fils de Dieu, car ceux qui
le séparent ou le font deux, ou ceux qui croient à une apparence ou à une in-
fusion,5 nous les recevons pas du tout. En effet, l'enfantement de la Vierge ne
l'a pas augmenté d'un autre fils, car la Trinité reste Trinité après qu'une (per-
sonne) de la Trinité, le Verbe de Dieu, s'est faite chair. Nous savons donc, ô mes
bien-aimés, que ni nous, ni toutes les Églises, ni les éveques orthodoxes des
Églises, nous ne recevons une autre foi, une autre règle, un autre enseignement
que la foi des trois cent dix-huit pères saints, parce que c'est la seule foi0 dans

i. Deest. — 2. Tuki it»oq iv»oq. — 3. Tuki TenepoMoA.ov:m. — 4. Tuki inop^o^o^oc. — 5. M. Re-
vii.i.out traduit le mot actoq par confusion : ce n'est pas possible. Ce mot signifie infusion, ce qui
est fort différent. Ceux qui croyaient qu'il y avait eu infusion de la divinité dans l'humanité étaient
hérétiques aux yeux de Zénon, comme les phantasiastes, ou ceux qui divisaient les deux natures. —
6. M. Revii.i.out : car c'est la seule foi qu'on donne à ceux que l'on baptise : ce qui est une mauvaise
traduction et une erreur théologique, car il faut avoir la foi avant d'être baptisé et on est baptisé dans
la foi chrétienne.

28*
loading ...