Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 220
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0326
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
220

E. AMÉLINEAU.

côwûoTV. Mnm&^ nTe niTin mo{ eecnrdv& ee&e 2£_e mne^^- mmôvTtôwTcî ne ctott-
comc ncooir. Av.ô.peuooTnoTT ovn encnrepHOis* enep go^ evn ngAi ot$*2s.e enoi ngHT
& ô.n otpoïi 2s^e m&en eT^qne^o^" le eTd>.q.u.ein HRepH*^ eiTe ^uott eiTe1 3ô.2£_coq
nn^ieoooT Seti ^CTnoxoc nTe ^XL^TV-RH^con ie ReoT^i2 n2s_i necooTr|- c&îioA.
Mnm&^ eTd^nep ujopn n2s.oq nre ïiitih mo^ cïpôwi Tenepôai*vee.w.^Ti3em3 Mjnoq
oirog Tenipi MMoq nujeMMO cev&o?V. n^r6.^o\iRH 6rr?V.hci&. ngoiro 2».e HecTopioc
qjR eTô.qepoMOÀoceiR4 nqrycic cnoirf ne.w hh ee^ein MneqpH^ neM eTrnr-
^hc5 nicpèatT^cie^cTHC TenepdwH^eeMd^Ti^eitt" mmcoott. goivr eHncry oirn e^-j^ôvir
Mntiô.Tiiioc" eTe ^-Reveo7V.iRR neRR?\.Hciev Te Mq>pR^- HgdwR ujnpi MMenpiT ec-
2slotujts e&oTV âd^en «kiiot ecoircouj9 e&o7\.;£ett oirniur^ hcmott e*s..u.^'A.H2i-
epcoTen gines. ivre qi-f oimoq egpHi eatoon TRpoir o-yog nTOTp&uji e2s_en ôhhot
H2s_e nièoTue'A.oc THpOlT.

^■enicTo"A.H maiô.^ e «Te ^r^rioc.10

ô^r^rioc11 ïii^p^ieiiieRonoc UTe RtoticTôwiiTmoTiioAic12 eqcS&.i n^Mie*. neTpoc
qiR eôoirô<îi n^p^ienicRonoc oirog hicot nTe pôvRO^. ct^-yi 2s.e eTduftd.Ri ©m
ôh ctoi ncnrpo n2s_e nn eecr^Êi nemcROïioc neM niRAnpiRoc «cm nwSeTVAoi nTe

laquelle on baptise. Réconcilions-nous les uns avec les autres, ne craignant rien,
n'ayant pas double cœur; et quiconque a cru ou pensé autrement, maintenant
ou avant ces jours, dans le synode de Chalcédoine ou une autre réunion, en
dehors de la foi susdite des trois cent dix-huit pères, nous l'anathématisons et le
faisons étranger à l'Église catholique, surtout Nestorios qui a confessé deux na-
tures et ceux qui pensent comme lui, et Eutychès le phantasiaste : nous les ana-
thématisons. Réconciliez-vous donc à la mère spirituelle qui est l'Église catho-
lique, comme des enfants bien-aimés : elle vous regarde voulant vous embrasser
avec une grande bénédiction, afin que Dieu se réjouisse sur vous et que tons les
anges de Dieu soient dans la joie à votre sujet.
Cinquième lettre d'Acacios.

Acacios l'archevêque de Constantinople écrit à abba Petros le saint arche-
vêque et père de Rakoti. Lorsque sont arrivés en cette ville les saints évêques,
les clercs, les vieillards du désert et les (hommes) aimant le travail, Dieu a

i. Tuki iTe. — 2. Tuki le rotta.1. ■— 3. Tuki Teuep««.ite>.^ej«.ô.Ti3m. — 4. Tuki eTA.qepo.m.oAcuMii.

— 5. Tuki e-n-t^"- — 6. Tuki Tenep«.n.«^eM.e>.Ti3m. — 7. Tuki jA.nns.Tihou. — 8. Tuki C3coi»ujt.

— 9. Tuki ectouj. — 10. Tuki nTe *.k^ri. — I I. Tuki mi.mii. — 12. Tuki KtoCTCvin-moDMioAic.
loading ...