Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 222
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0328
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
222

E. AMÉLINEAU.

ottoo pes.uji hiomoTVo^ithc HTe n^c ee\i\^ e2s_cos\ avtii^'A.om nTe ^op^o^ogsev.
e&o?V.£iTen nipeq^- oes.ii mmhi 2s.e e\nujonTen epoR enepAveT^noein1 ottoo is.RCOT-
Ten e&oTVge*. ^n?V.ê\ttH «Te CTrno2voc nre ^d\.7V.ïVK2s^(on oto£ ô^quiconi n2s_e m-
Àe\OC THpq e&o7V.CMTett mMeTpequjengHT nTe q}^- mcoo-y q>e\ q>iooT ne neM
nujHpi nejw.2 nmne*. e^oir^k ic2s_en meneo THpoT \mhh.
^emcTOÀH mmôl^ i «Te iKÎiSn». neTpoc.3

neTpoc ni£vp2£ienscRonoc «Te pe^no^ eqc£e*.i nevï\es.Rïoc4 mes.p;)çienicKonoc
eooTrix& UTe \vooncTô.uTino-yiio7\.ic.5 eTdviri e&oTVSen q-&ivni ctoi no-ypo e\i5"i £en
noc nuiAieu hot^ nujqjHp nenicnonoc neM miv?VHpiivoc neM ni^eATV.oi nTe
nujes.qe otoo euujen oavot nTe niMevi pwMi q>^- qiH eTôwqôCOT MnpKT Ainoirpo
tieMHi e&o7V.giTOTï\ MniencoTmon qievi eTevi^iTq edoTVpiTen nepcdoioc nies.tcot-
ctô.Aioc. eTôvicou} 2s.e Mqjfxi ottoo^ eTeueMi eTeq2£_OM eqep^^.h^voeA^.^\TI^;emr, h&HTq
AvniTOAioc nTe ?V.ecou ueM q-cirno2voc nTe ^is.AuH2^ton neM geapecic? m&en
iv.i-2s.eAvq 2s.e eq^- Md\q- iicm nmevO^- rtop^02s.ogoc nTe niTiH mo^- eTi\t5*etooTrr|-

qu'on l'aime, l'Église de Rakoti, et réjouis-toi, confesseur du Christ, qui as mis
sur toi la couronne de l'orthodoxie par le jugement vrai qui t'a fait nous rece-
voir à toi dans notre pénitence : tu nous as rachetés de l'erreur du synode de
Chalcédoine et tout le peuple a éprouvé8 la miséricorde de Dieu. Gloire au Père,
au Fils et au Saint Esprit depuis tous les siècles : ainsi soit-il.
Septième lettre d'abba Petros.

Petros archevêque de Rakoti écrit à Acacios archevêque saint de Constanti-
nople. Lorsqu'ils sont arrivés de la ville royale, j'ai reçu dans le Seigneur les
évêques aimant Dieu, (mes) compagnons, les clercs et les vieillards du désert et
j'ai rendu grâces à l'amour de Dieu pour les hommes, car par ton entremise il
a persuadé au roi juste (de faire) le décret d'union que j'ai reçu de Pergame l'au-
gustal. Lorsque je l'ai lu et que j'ai vu avec quelle force il anathématisait le tome
de Léon ainsi que le synode de Chalcédoine et toute hérésie, j'ai trouvé qu'il con-
cordait avec la foi orthodoxe des trois cent dix-huit pères qui se sont réunis dans

1. Tuki en.epj«.eTô>iioiii. —- 2. Deest. —• 3. Tuki neTpe. — 4. Tuki k&k&ri. — 5. Tuki Roc-r^n-
Tino^noTUc. — 6. Tuki eqepo.ru^e.w.a.Tipti. — 7. Tuki çepecic. — 8. M. Revillout traduit : «Et
ainsi le peuple entier a été (délivré) par les miséricordes de Dieu»; il n'a pas saisi le sens du verbe
ujcùiu, variante de ujwn.
loading ...