Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 223
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0329
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

223

£en muées. ^&e».ui hcm mpn mo^- €Td>.ire(oo7r^ £en ucoHCT^nTIno^rTlo7^.ic, hsm
"^■■©tooTTTC eTes.cujtoni &en eqjecoc ïi«m q>h eooir&& RTrpjTVivoc. eefte ^ôvi ô^hok
cko eTeviujen gMOT kt€M qj'f d^ic^i ;5dvpes.Tq eiep&neveeMdwTi^em2 mîitomoc htc
Aecon hêm ^-c7tiio:x.oc nxe ^ôv?V.KH2vcon neM £&.ipecic3 Hi&en. "yujeii omot ïit€
tumôvI pcoMi qi'y oirop coott Miieqpdai eeoird>.& ;x.e ivqT^c^o mm eTcopeM
oTrop ôwqewoTT^- Mixeqoo_s+ eT2s_Hp ô^qpoym nneqeuuTVHCi^ eeoires.& £en nm^pjx
nopeoa^o^oc «èvnocTo7V.iuoc5 oirop eqcM^pcooirT0 H2s.e neqp&u eeoir^& ujôv »i-
enep TKpoTr &.MHH. 2^e eftoApiTen neqMeTujeupHT Mn^eponoc qiH «Te

nieTTivCPeTV-icTHc M^puoc crop ô^ioeMci pi2î_coq neM TôvUjeÀeT eeoir^& mhhcv-
tjivoc" er-e e^i Te ^Rivoo'À.iKH mô.tiocto7V.h\h eeoTôvk neivïv?V.HCièv 5eu iii^&ot
T16.UJ0HC ncoT m £en niM^p C nepoo-y ivre ■yeft2s.0Mevc.
^-M&p ET nemcToAH ivre ô>.ra.r.ioc.8

Ô.KÔ.uioc9 TlI£s.p^ieTIICROTlOC HT€ lUOHCTdkttTIHO'S'Tlo'A.IC 10 eqC^è.S MKGTpOC Tli^p-
2£I€TlICROTlOC ttT€ p&KO'y ottoo MIWT ITIOMO'A.O'CMTHC ee07T&& HT€ Hm^O-y HOpeO-

la ville de Nicée, des cent cinquante qui se sont assemblés à Constantinople et
de la réunion qui a eu lieu à Éphèse avec le saint Cyrille. C'est pourquoi moi
aussi, après avoir rendu grâces à Dieu, je l'ai souscrit, anathématisant le tome
de Léon avec le concile de Chalcédoine et toute hérésie. Je rends grâces à Dieu
qui aime les hommes et je glorifie son nom saint de ce qu'il a converti les im-
purs, a rassemblé son troupeau dispersé et a réconcilié ses Églises saintes dans
la foi orthodoxe (et) apostolique. Que soit béni son saint nom dans tous les
siècles : ainsi soit-il. Avec sa miséricorde j'ai pris possession de mon trône, celui
de l'évangéliste Marc, et je m'y suis assis avec ma sainte fiancée spirituelle, la
sainte Église catholique et apostolique, le dix-huitième jour de Paschons, qui était
le sixième jour de la semaine.
Sixième lettre d'Acacios.

Acacios l'archevêque de Constantinople écrit à Petros l'archevêque de Rakoti
et père, confesseur saint de la foi orthodoxe. Je ne cesserai pas de t'admirer, ô

i. Tuki KcocT^HTiiiOTno'A.ic. — 2. Tuki eiep^ncv^eAVATi^m. — Tuki ç^epeeie. — 4. Tuki avuc-
qooj epjs/rq, ce qui n'offre aucun sens, à moins que le texte ne fut ainsi conçu .\uieqooj e-rooj ep».Tq
cTocup. Il pourrait se faire d'après cela que plus haut il s'agît de troupeau et non de champ : alors la
traduction de M. Revillout est bonne, si le texte porte 001 et non ioo_i qui signifie bien champ. —
5. Tuki ncvnocToAiRon. — 6. Tuki qcM.ô.pcoo-3-T. — 7. Tuki AuiitJvTinoii. — 8. Tuki iitc akari. —
9- Tuki jvk&iu. — 10. Tuki iitc ncocTiv.tn-iHO-5-noA.1c.
loading ...