Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 224
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0330
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
224

E. AMÉLINEAU.

2^o£oe. ^ne^a». tôt eftoTv. &.» eiep ujcpHpi aimoh w hô^icot eeoTôvÊi AvevTvTVo» :x.e
e^- tooT -w.çp^- cpH eTevq^- neai MnM^mot ctoi h»iuj^ Mn&ipn^ eeMi âen cryScopn
tmi eftoA. Seii ottm€ômhi ^è*p a». n&.£h.t «wt 2s_e ncHOT m&en eujcon eiuyôai-
mi1 enujoos u^npoccpopis. e^oTôJk oirop npeqTdaiSo ^çnivir eiuooT jhhoc ovog
Sen OTcoup e&oTV. ^çhôvTT eTeqM.eTiuuj'^. ô*mes.7f ^&p ^mevT neviooT e^oiFdv&

CO^tl HIUJ^ MM.TTCTH p IO ïi KôvTiS. tppii^" 6TevI\6p UJOpTl ilCSd^i MHI S6H OTF epOOT

iiH-ypi^RH Menencè». eT^ioTwpn .unienoiTiROH utot^coth nmeRR.7V.Hcid,. THpoT
eeoTrevCi ei'fpo ce^p eq>^- Se» ott MeT^MOTiiR oiuôw Hreq^co ïihi e&oTV. nnH

THpOTT eTdadklTOTP 2S.6 ôvC^OOT AUldkpHT tt2S.e TeqMeTdvUÔ^OC HôkTd». ^pil^" eTôvI2£_OC

eiopi epe^t OTop eimi2 enujcoi tr^npoccpopes. eeoirèvft Se» enrepooT ttivrpiôwUH
Se» dw2s_Ti ^4 htc njeoooTT Se» ni&ftoT »^oni »cot le av.»iô».2iot. tot€ €T^»ococ
emucoi .u»iTpicô.no» .vvp-^ e^qep OTrcoini epp»i e2s_coi »2s.e otthiu}^- tiovcomi »evT-
MMoq q>a*i eTe •vuim^'y epoq e»eo ottoo ô^qpw&c eppm e2s_toi neM ïii.vv.^

père saint, et surtout de louer Dieu qui nous a donné cette si grande grâce de
connaître (sa volonté) dans une révélation que j'ai eue.3 Car en vérité mon cœur
est persuadé qu'en tout temps si tu fais l'oblation sainte et vivificatrice, tu vois
la gloire du Seigneur et dans une apparition tu vois sa grandeur. Car j'ai vu,
comme tu me l'as écrit d'abord, j'ai vu, ô père saint, de grands mystères dans
un jour de dimanche, après (t')avoir envoyé le décret d'union pour réconcilier
les Églises. Car je priais Dieu sans cesse de me pardonner tout ce que j'ai fait,
parce que sa bonté a persuadé mon cœur de la manière que je t'ai dite. Je me
tenais debout et j'élevais l'offrande sainte un jour de dimanche, à la troisième
heure du jour, dans le mois de Paoni, le quinzième jour du mois :4 alors, lorsque
nous chantions le trisagion, est apparue au-dessus de moi une grande (et) ineffable
lumière que je n'ai jamais vue, et elle m'a entouré avec tout l'autel, et j'ai vu en

i. Tuki Knj&nini. — 2. Tuki êiïïi. ■— 3. M. Revii.lout traduit : «qui t'a accordé cette grande grâce
de tout connaître avec évidence et de savoir le premier les choses qui devaient m'être révélées.» C'est
une paraphrase en dehors du texte : au lieu du pronom de la seconde personne du singulier, il y a
celui de la seconde personne du pluriel, et la fin de la phrase de M. Revillout n'est pas dans le texte.
— 4. Le texte de Tuki donne le 1 5e jour du mois : M. Revillout a le 5e jour : il y a peut-être erreur
dans la copie de Tuki. Selon la leçon de Tuki il s'agit du 10 juin; si au contraire la leçon de M. Re-
vu.iout est la bonne, il s'agit du 31 mai. L'une des deux dates est évidemment fausse. D'ailleurs toutes
ces dates sont fausses : si le 18 Paschons était un vendredi, comme le dit la lettre précédente, le
5 Paoni était un lundi et le i5 un jeudi.
loading ...