Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 225
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0331
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

225

uep ujcoottuji THpq o-yo£ 0.1110.-5* £en oTTMeeMHi enenoc ihc n^çc Avq>pH^ hottô.-
Aott epe oTron OTrpe&eco ecoTFoftuj hiôwTt toi p^iooTq. ^ine^ir 2%_e enrnrnoc htc niiqT
piooTq ottoo HôvqpoTefc ne pi2s_en ni&m^2î_ hcm ni^cpoT hh ct^h pi2s_en niMis.
nep njoùOTruji Mq>pn^ no-5-s"\o2£. otto£ Tes.po*^ iicm n^ceepTep ^qoAoTr efcoA nne-
con cô>.tot OTOg e<qM^p^t np^uji. n^i.u.e?ri p;s.p ne 2s_e OI2s-en nK&pj ô>.n

enTHpq. ô^icooTeM epoq eq2S_oi> maioc Mn^ipH-y hôwTô. q>pH^ eTeqeMi nooq q>^
2s_e 2s_eM noAV^ h&.oith& 2s_eM hom| nôwTVôwOc THpq ôvico'A.i eftoTV. p^pcoTen Mmujcouj
HTe nic^ô^i nTe ^■AveTpeqsi.ooTV eCioTV. en eT^peTenc^HTc 5eH niTOMOc n^ce&Hc
utc Aeoon q>h eTc^oTropT hcav. ^cyno^oc nTe ^XL^TVim^ocm. otto£ Menence». neu
Mninô-ir epoq 2s_e oir2^e MnicooTew. ecuH nT£s.q cy2ve nio-ywini ctth MMôwHès.-
pion MnmôvT epoq eefce q>ô.i ei^- tocs* MneimoT^ q>n eTipi n^n muj^- HujcpHpi.
^itô^mc TeHMeTicùT en^i ponooc HTeuujTVHA eppm e2s_(oi £ds. meTVô^icToc Sen
oTJW.eTô.ôMO-5-nH pô«. q>^ q>h eTen^ei MMoq oirop eTenn^ir epoq q>h eTe.w.neH2s_o?V.q
ekoA q>h eTô,uepoA\.o?V.oiiem1 MMoq AmeMeo tmioirpaio-y neM niô,p^(lcon q>h

vérité notre Seigneur Jésus le Christ comme un petit enfant, revêtu d'un habit
blanc de lin. J'ai vu la forme des clous sur lui, et il était étendu sur le plat et la
coupe placés sur l'autel, comme sur un lit. De suite, il enleva à la fois ma crainte
et mon trouble, et me remplit de joie, car je pensais que je n'étais plus du tout
sur la terre, et je l'entendis parler ainsi comme Dieu le sait : «Prenez cou-
rage, mes prêtres; prends courage, mon peuple entier : j'ai enlevé de vous la
flétrissure de la souscription2 par laquelle vous (m')avez renié en souscrivant le
tome impie de Léon le maudit, et le synode de Chalcédoine.» Et après cela,
je ne l'ai plus vu, je n'ai plus entendu sa voix, je n'ai plus vu cette lumière bien-
heureuse. C'est pourquoi je rends grâces à notre Dieu qui a opéré cette grande
merveille. J'ai raconté ces choses à ta paternité, afin que sans cesse tu pries pour
moi, le minime, devant Dieu que tu aimes, que tu as vu, que tu n'as pas renié,
que tu as confessé en présence des rois et des magistrats, que j'ai vu aussi en

i. Tuki eTô.KepoA\.oAo^in. — 2. Mot-à-mot : la flétrissure de l'écriture de négation que vous avez
écrite dans le tome, etc. Tout ce passage montre bien que l'auteur n'entendait pas malice en écrivant
ce qu'il croyait être très habile. Pour souscrire le tome de Léon il n'était pas nécessaire de renier la
divinité de Jésus Christ : il s'agissait d'une simple distinction à faire. Les Eutychiens grecs ont bien
pu se rendre compte de la distinction à faire; mais les Coptes n'ont jamais su la faire.

29
loading ...