Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 227
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0333
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

227

AVMdkTTôwTq qV^. ^peo oth £>ch 07TTôw2s.po enm^ nopeo2s.o^oc htc hchoc ihc
ivjçc (pu eTô.qoTrongq epou q>H eT^qep c^pg £ch OTTAveTôwTcptong OTOg H^T2S-ioq
oTog Hô^Tqicop2s. e>vTrMes.cq £ch oiswveTdwTHjeMi epoq enrog hôwThjt^cio epoq e&oTV-
âen |mô.c hott^- eeo-yôvft m^piôv ^qujen Aiiï^g ovog ^trôoyq enicrdwirpoc ' eopHi
ess-ion otto£ eT^qTtonq e&o?V.j£eH tm eeMoooirT 3eH niegoov MM^g oirog
eTô^qep gjw. HepooT eqoirtoHO MMoq eiieq.u.^oHTHc hottmhhj hcoh eqoTrioAi.
OTop eqcto neMoooir oirop nô.ipir^ ô/yo7V.q enujcoi emcpHOiri oirog eTdwqgeMci
cô. o-ym^M Mq>^- q>itoT2 ottoo 3en Tâe^iu htc hichott q>ô.i qnôaiHOTr3 efto7V.3eH
uiqmoTTi S«n ottcoott eqoi noo^- jSch Teqja^g chott^ .und.po'ycid^ e^-g^n chh

CTOHii HCU. H H eeMOOOTTT 2£.6^ôvC eôp€H2î-IMI HOTTHCvI 1IÏM OTTH^ppHCId». OTOO
HTCHCp HCMHUJÔ. HCCOTCM e&oTVpJTOTq 2S.C èvMlûIHI £0^301 H H CTCM^paiOTT HTC
H^ItùT d.piHTV.HpOHO.W.eiH5 H^MCTOTS-pO CTCCÊlTtOT HOOTCH IC2S.CH TH^T^£lO?V.H ÀIHI-

hocmoc ©0.16 eceujcoHi hô^h THpoir eepenep ncunujô* mmoc oitch niOMOT ueju.

moins que ce que tu as vu ou entendu,7 comme le sait le seul Dieu unique.
Garde donc avec fermeté la foi orthodoxe de notre Seigneur Jésus le Christ qui
nous est apparu, qui s'est fait chair sans convertibilité, infusion ou division, qui
a été enfanté d'une manière qu'on ne peut savoir et comprendre de la mère de
Dieu, sainte Marie, qui a souffert et a été crucifié pour nous, est ressuscité des
morts le troisième jour, qui a passé quarante jours apparaissant à ses disciples
souventes fois, mangeant et buvant avec eux : et ainsi il a été enlevé au ciel, il est
assis à la droite du Père et à la fin du temps il viendra des cieux dans une gloire
terrible, en sa seconde présence, pour juger les vivants et les morts. Puissions-
nous8 recevoir miséricorde et franchise, être dignes d'entendre de lui : «Venez à
moi, les bénis de mon père, héritez du royaume qui vous a été préparé depuis
l'établissement du monde.» Quil nous arrive à tous d'en être dignes par la grâce,
la miséricorde et l'amour pour les hommes de notre Seigneur, notre Dieu et

1. Tuki eni^. — 2. m'^ioit (sic)- — 3- Tuki quitou-. — 4. Tuki .m.n&ppHci&. (sic). — 5. Tuki
ovpiRAupcmo.M.m. — 6. Tuki «j, (sic). — 7. M. Reviu.out traduit : «Rien de ce que tu as vu ou entendu
ne me manqua»; il néglige la moitié de la phrase et ne donne pas du tout la traduction. Le mot equj^t
employé dans le sens de moindre est très rare, s'il n'est nouveau. Cependant son opposition à l'ex-
pression eçoiro indique bien le sens qui d'ailleurs dérive de la racine ujûjt sans la moindre possi-
bilité d'erreur. ■— 8. Mot-à-mot : afin que nous soyons dignes.

29*
loading ...