Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 232
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0338
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
232

E. AMÉLINEAU.

neq7b.u. cm ixeTOTr^oe Hàvq eviroo nepe 2^2. nH'y u}ô>.poo7r AUioire gM nTpeTrcooTM
eTi2£_ice nTeirô>.nfs.eTpocpH oome Men eTpeirp mohôw^çoc £en nocre 2s.e eTpeireme
nevT noen p nMeeire e&oA 2£.e nepe n2s_oeic iuai ençjHT neTrcefimc mm eTpeirp gcoft.
enT^tjo epa/rq mtxav.^ eTOTT^^à. uevT^v neicMOT 2^e ue"5\woouje eeH MMHHiie cs.ira)
ii2£-oeje necjtiMMMr ne. otf^ :ve eko?V.gn necnHTr cthmm^cj eneqpis.n ne Mi^p
thc UTepeqnes.tt 2î.e (2e col.) e^irôwUj^i HTepeqnèvTT 2*.e cege2£.gco2£. Te^peiôJ
nTeT^Cicco ^q^" neqoiroi epoq eoqnpoTpene mmocj eTpeqcMine ttevq ttOTHis.T
ïiTe>.Ae g&ooe 2s_e ne Teqeione c&.p Te 2£.euève eqecume nçjen SkcfiTcon eTeT-
^peiôw.2 HToq 2s^e e^qniee nes.q. ne oTrn3 OTTAiouev^oc 2ve eqçm cry.u.ouà.cTHpicm
eqoiftoTV. eo7TTe^niTHc+ ne neiMepoe. nea 5fe es. ncon AvexpTHC è^ioir mixjw^-
Kô^pioc €Tpeq2s_oo7r nccoq nq^- e^p^çei nevir eneigoift. fs.T(o nTepoT2£_ooTr ncwq
exqei cm oirtioS'npeuye (pic' col. 1) ^tfw is.qeo£iTe nevy noooCi him npoc Te^peies.5
janotok UTTe^nH. eqne^ÊitoK 2s.e ekoAgiTOOTOir ^qTes.cce n^-y 2£_e mkhc& oen Re-
kotti ngocy «Te nowe ujooTre htc nne^t T0.2s.po thuoot hccoi is-irco ^-HdwTôwMeTn
nooo& HHTen 110e eTeujuje. eiTô^ Mtincôv ç?en ckjotf nTepe Te^peie*.1' ujcone eK~v\

un grand nombre (d'hommes) venaient de loin vers eux après avoir entendu
(parler) de l'élévation de leur conduite, les uns pour se faire moines, les autres
pour leur apporter des souvenirs, car le Seigneur mouvait le cœur de tout
homme pieux pour le faire contribuer à l'établissement de ce lieu saint. Selon
cette forme, ils marchaient leur chemin de chaque jour, et le Seigneur était avec
eux. Et l'un des frères nommé Martis, ayant vu qu'ils s'étaient multipliés et
qu'ils souffraient du manque d'habits, s'approcha de lui (Bgoul), l'exhorta à bâtir
un atelier de tissage afin qu'il fit les tuniques dont ils avaient besoin, car c'était
son métier. Pour lui, il fut persuadé. Il y avait dans un monastère un moine
ouvrier dans cette même partie : le frère Martis demanda au bienheureux qu'il
le fit venir pour leur commencer cette œuvre. Et lorsqu'on l'eut fait venir, ce
frère tomba dans une grande joie, il leur prépara tout ce qui était nécessaire à
l'œuvre du métier. Sur le point de les quitter, il leur donna cet ordre : «Quelques
jours après que la boue sera séchée et que le métier à tisser sera établi, envoyez-
moi chercher, et je vous enseignerai la chose comme il faut.» Et quelques jours

t. Cod. Temple».. — 2. Cod. CTeir^dpiô.. — 3. Cod. itcim. — \. Cod. TejfiiKTHC. — 5. Cod. Te^çpi^.
— 6. Cod. Te^çpiiv.
loading ...