Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 233
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0339
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

neiroToi epoq e-5-ô.iTei eTpeq2s_oo-y nca, npco.u.e ucfi neoiHT. trroq 2s.e d^quesL
cti^oott eq2î-to mmoc 2£.e «cp ^pei^1 n^oice ne^q nuecoïi &cok htooth

HTCTUp OtoCl Ï12SL06IC ttd^ (col. 2) TOOT THTTTtt HT6 TIOC0& COOTTTU OU ttCTH-

HTOOTF d^TTCfto OU e7FAV.HU €&0?V JAMOq HO^O HCOH €T&e KM

ôwirto tiToq owcoq Heqtokuj AiMoq ne eqnco npwq. mhucooc cfe HTepeqn^ir 2î_e
Mneqeujniôe mmoot ep <ko& ^copic hcoh ^qrsLi ai^pthc nc^ ottc^ m^-s-^ôwq on

OTT^UJ £vOOM 24.6 e^IUJCOIie tlivOHT UTCOTtt eTeTHôaiôOM^Te AUUOI OttTCÙC n^COtt

neiMeeTre eai ne e2s_e Ad^T nuj^2s_e ô.TV.TVôv enei2s.h2 AuieieujTtiee auvuùth eTpe-
TeT«5to (prç col. 1) ^2s_to mmoc 2s_e oav Heoooir lires. Ttcon eTeTHujme ncwq

ei eneiMJs.3 ivnVoicTe A«iemes.T d^m^TT eoTrnti^ n^u^e^pTou eqTev.7V.ii eopeu e2s.11
neqtie\p& AinecAVOT hotthoS' ncyooop. eTÛe neu eai2î-iie\e\7r e2s_ooTr nccoq miecon
aihïiot€ on TeqTin^Ti^nTô. epoii ivre n2s.e\iAiion eTiiOHrq oh oeit ïipevnric auiohh-
pon eviiô.Tô>. noen Kooire. oen e\rco&u| u^p ne nenn^Tiuoc nTnoHitpiex. hcht him
ceepemîiOTrTV.eire tiooiro eTJW.KTceJw.MOC5 «Te v^'tt^h nceoTT- (col. 2) oouj e\ii
erpe 7V.d^tt ot2s.ô>.i. Svcujwne 2^e irrepoirp Aievexfi hcoh h hcooto epoo-y e\qccoo7r<>

après, lorsqu'on (en) eut besoin, les frères s'approchèrent de lui (Bgoul) le priant
d'envoyer chercher l'homme; mais lui rejeta la chose en disant : «11 n'est pas
besoin de le fatiguer une autre fois : allez vous-mêmes, travaillez et le Seigneur
vous accordera que la chose aille droit en vos mains.» Mais eux, ils persévérèrent,
voulant le contraindre une foule de fois à cela; mais lui n'y donnait pas attention,
fermant la bouche. Ensuite voyant qu'il ne les avait pas persuadés de travailler
sans le frère, il prit Martis à l'écart avec gémissement et dit : «J'ai été insensé,
mais vous m'avez forcé; vraiment, mon frère, je ne voulais rien dire; mais puis-
que je ne vous ai pas persuadés de cesser, je te dis que le jour où le frère que
vous avez envoyé chercher est venu ici pour ce métier, j'ai vu un esprit impur
monté sur ses épaules sous la forme d'un grand chien. C'est pourquoi nous avons
tardé de l'envoyer chercher une autre fois de peur que, s'il vient à nous, le
démon qui est en lui par des actions mauvaises ne trompe les autres; car en tout
temps les esprits mauvais veillent, et ils tentent surtout la pureté de l'âme, ne
voulant pas qu'il y ait quelqu'un de sauvé.» — Mais il arriva que lorsqu'ils

I. Cod. ncp XP'^1 — 2- Cod. emc^ii. — 3. Cod. eniM&. — 4. Cod. crnn\. — 5. Cod. êtmht-

30
loading ...