Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 249
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0355
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

249

e2s_a\. no ht nptOMe nea êht^ nnoTTe cÊitcotott nneTAve mm.oq. eT&e nea M^pu-
oevpeo epou on omè him ôvItg} nTniipoce^çe cm oir.u.uTeuipï&Hc enudaicon Ame-
ujTViiA. on ottootc HTe nnoirre h^tô». ïxeqAiTiujes. eiTe om hccoott£ eiTe oai ticoott
ncon erre on hhi om mô». him eiTe on Tccouje eire on tcoott^c. mô> uim cth-
noirrq uj^ opsa eneTMoouje en tgoih eTpenujTVnTV. eop^i ennoine oa\. nenoHT
THpq enStoujT ences. mti€uj'\h7V. epe nen5"i2£_ nwp2i. e&oA AmeTmioc AmecTô/y-
poc1 enTôwTO MKeuj7V.H7V. €tch£ p nevd^ueTVion epe nfcôJA. AUienpHT mu ne».
TienctoMJs. qn^T eopaa ert2s_oeic kô>.t;n. ee ctcho 2te euqi nuôv&^?V. eop^i epem
Ti2«.oeic TieroTTup on Tixe née nnftevA. nnoM^A e-ycTcoujT e- (p.u.2^) tootott nneir-
24.icooTe. nTncq>pô.pi^e mmoh utô^p^h enujTV-TV. HTeccppdvUic Am&davncM^ expen^-
KM^em MnecTOvirpoc2 eTenTeone née .uneoooT nTd/y&dorn^e mmou ô/yoo née
ctcho on le^eumTV. ïtav| TencTÎ2s_ enecHT en.u.^ npcon h eTMMopT Hujopn
nTnqiTC eop^.1 eTeuTeone nTH2î.ooc oav nenoHT 2î_e ôwncqjpe^ci^e mmoh nToa
os.n Te ee nTecq^psoMc AuifeoavncMe*. dv7V.7Vô». îit^tfujccwVc) .uïïM&eni AmecT^irpoc3

oreilles entendu, ce qui n'est point entré dans le cœur de l'homme, les (biens)
que Dieu a préparés à ceux qui l'aiment. C'est pourquoi prenons garde en toute
chose, appliquons-nous avec exactitude à (observer) les règles de la prière, dans
la crainte de Dieu, comme il en est digne, soit dans la réunion, soit dans les six
(prières), soit dans les maisons, en tout lieu, soit dans les champs, soit dans les
groupes. En quelque lieu que nous soyons, même en marchant, prions Dieu de
tout notre cœur, ayant égard à la beauté de la prière, les mains levées en forme
de croix, récitons la prière écrite dans l'Évangile; que les yeux de notre cœur
et ceux de notre corps soient levés vers le Seigneur, comme il est écrit : J'ai levé
mes yeux vers toi. Seigneur, qui habites le ciel, comme les yeux des serviteurs
regardent les mains de leurs maîtres. Munissons-nous du sceau du baptême au
commencement de la prière, faisons le signe de la croix sur notre front, comme
au jour où l'on nous a baptisés et comme il est écrit dans Ézéchiel; n'abaissons
point d'abord la main vers notre bouche ou notre barbe, mais portons-la à notre
front en disant en notre cœur : Nous nous signons :4 (A vrai dire) ce n'est pas
la manière dont (fut fait) le sceau du baptême, car, au jour où l'on nous a

1. Cod. Aine^. — 2. Cod. juner^. — 3. Cod. Ai.ne^. — 4. Mot-à-mot : Nous nous scellons, nous
nous marquons.

32
loading ...