Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 250
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0356
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
2DO

E. AMÉLINEAU.

€TT€OUe AmOTTà. ïiott^. MMOtt MïieOOOTT enT&.lf ftèvïlTJTe MMOtt ilOHTq. MUHft.1t Vftp

eTM^uto'A.o eneuj'A.H'A. uTeu^enH ercoomi d/yoo eimco\p eS'TV.îx. neo" ïvm<5"A.2s. ïid/r
e^irco eHujôamft.OTu €2>lm neuoo HTupiMe om ueuouT oft uenuoCie uft.Tft. oe

6tch0 2<l€ ft.mh€ITH HTttCytoUJT ttT»piM€ MU€MTO eftoA mu2s_OeiC UettTft.qTft.MOtt

ht€tm ?Vftft/y mmoîi po7V.ooc qi 2LOoq eppfti equTV.2*. uft.T 2s_e othoo" Te Tft.i MMirrev-
tootc ô.-yco MMttT&tc&co. ettujft.ttT(ooTU a^e ou nTncqjp^tTi^e ft.7rco mîi u . . . o1
TpeuT^tto .uueuj7V.H?V. MneTft.uueTV.iou utucouc eu2s_co m- (pMe) moc 2s_e h2£.oese
^ «TeupoTe eppfti euenpKT expeup pcoft enconp ujft. enep UTup ootc pirru ft/rco
uo-yft. eqiouj eîioTV cuv. ueqpuT pu oirftuj ftpoM eqpuu 2s_e T&&01 U2£_oeie
euftueTpHU ^co eneupMpftTV. eko?V.pu nujMMO evTMp 2s_oeie epoi ^ttftujooue
eioTft.ft.& ft/yco ^-uft/rfifio e&oTVpn otiioîT' Hno&e ft/rco 2£_e ottoht eqo7Tft.ft£i eoHTq
(ïoht mioTrre oirnHft. eqcoTTToem Mftpeqp kppe om Hft.cft. npOTH. evirco eirujft.H-
nto'A.p epMooc UTticqjp^^i^e .vimoii on eTetiTepue avtitthoc MuecTft.irpoc2 uth-

OMOOC UTH^- MïiettpHT MU UeHMft.ft.2s_e ettUJft.2-._e eTOTftft& eTCyMeTVeTft. MMOOIT

s\ft.Tft. ee euTftTrpcott eTOOTït on necpft.qjH eTOTTft.ft.__. 2s.e uftAyupe ft.pi poTe ohtott

baptisés, on a oint le front de chacun de nous en forme de croix. Mais au
moment où Ton sonnera pour la prière, hâtons-nous de nous lever; si l'on sonne
pour ployer le genou, ployons le genou et lorsque nous nous serons prosternés
sur notre face, pleurons dans notre cœur sur nos péchés, ainsi qu'il est écrit :
Venez, adorons, pleurons en présence du Seigneur qui nous a créés. Que per-
sonne ne lève la tête après avoir plové le genou, car c'est une grande irrévé-
rence et ignorance. Lorsque nous nous serons levés, signons-nous; et après avoir
récité la prière de l'Évangile, prions en disant : Seigneur, donne-nous ta crainte
en notre cœur, afin que nous travaillions pour la vie éternelle et que nous te
craignions! Et que chacun criant en son cœur avec un gémissement caché dise :
Purifie-moi, Seigneur, de mes (péchés) cachés, épargne ton serviteur parmi les
étrangers, afin qu'ils ne dominent pas sur moi. Je serai saint et je serai purifié
d'un grand péché; et encore : Crée en moi un cœur saint, ô Dieu, et renouvelle
en mes entrailles un esprit droit. Et lorsqu'on sonnera pour s'asseoir, signons
encore notre front du signe de la croix, asseyons-nous, appliquons notre cœur
et nos oreilles aux discours saints dont on fait méditation, selon qu'il est ordonné

i. Il y a une lacune : il faut lire sans doute auuic-v. — 2. Cad. ai..c<^.
loading ...