Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 255
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0361
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

255

oird.THofte ne dwTVAes. d.qceTn TA\.HTpeq2s_Hd.6.-<r nd.q Mô.7T6.6.q eqnd.ujione 2s.e om
ni«6iiw« eqTHToon eo-y- (pn) ujnpe1 nnoS' n6.p2£00rt om ïikocmoc ô^ttoo newennc
epe neqeiooT Mn neqcnHir THpoTf om neoov aih noTrnoq nTMnTpMMd.o mh
neooTT MTeTTT^^ic eneirMd. ne np komcc h OH^eMcou HToq pcoooq eqpM nujme
HTMttTpeqTto&p epe neT^rkio Mn nec^HM^ nTMnrpeqTGiîip Mn nujine 01 Teq-
H6.p& eqTGi&p MMoq eqsboTve AiMoq epe pcoMe niM 5îoujt ncô. neqcon eqpMOoe
OI2S..u neeponoc nTMHTpnireMion eTTS'toujT ptooip ncd. kô.i om neiTonoc ttotfoyr
eqo npeqToo&p. Tôvi Te »e eTepe neTOV6.es.& mh nes.cceTV.oc hô.S'coujt ncd. npeq-
2s_ttd.es.Tr pM nuees-ioon usai 07r2s.iH6.10c ne eqpM nronoc MUOTrnoq ujô. enep mh
npes.iye «TMttTepo ttMHHTre eqo HpeqTCO-ip. eT&e Mfs.pn00.pep epon TMtvrpeq-

2S.ttô.ô.Tr OM OCOÊl ttIM UJOptt MH eTpeq^- U6.piVOC MttttOTTTe ptt ttHes_pilOC eTOTT-

6*6.£i Mnnctoc pn hô. nccoMes. hô.t£n. Teq^xipeiô..2 ttKô.pnoc 5e Mnenttd. eTOTrô.6.-_t
eTepe nptoMe ttd.2s.i cftco epooir eujô.q2s_nooTr H6.q pM npeqjvroq nqdoy ô.poM
eas.n neqMnT6.Me7v.Hc ettT0.q0.es.7r «que*. eoTe MnnoTTe nes.q nqnicTeTre 2s_e uje».2s_e

frères et à se revêtir de ce qu'ils ont ramassé par leur courage et leur attention
filiale, quoiqu'il soit lui-même un fils innocent; mais il a choisi pour lui la paresse.
Il ressemblera dans l'autre vie au fils d'un grand chef dans le monde, bien né,
dont le père et les frères sont dans la gloire et l'allégresse que (donnent) la
richesse et les honneurs de leurs charges, que leur dignité soit d'être comte ou
prœses. Mais lui, il est dans la honte de la mendicité : l'opprobre, l'extérieur de
la mendicité et la honte sont sur son cou, l'humiliant, l'enveloppant. Tous les
hommes voient son frère assis sur le trône de sa charge et voient aussi celui-ci
assis dans ce lieu solitaire, mendiant. C'est ainsi que les saints et les anges regar-
deront le paresseux dans l'autre vie; quoiqu'il ait été juste, il sera mendiant
dans le séjour de l'allégresse éternelle et dans la joie du royaume des cieux.
C'est pourquoi gardons-nous de la paresse en toute chose, tout d'abord pour
fructifier en Dieu dans les fruits saints, ensuite en ceux du corps selon son besoin.
Quant aux fruits du Saint Esprit3 que l'homme apprendra en les acquérant par
sa conversion, qu'il gémisse sur les négligences qu'il a commises, qu'il place en
lui la crainte de Dieu, qu'il croie que toutes les paroles écrites dans les saintes

1. Cod. eirujHpe. — 2. Cod. Teq;x;piô.. — 3. Toute cette phrase est peu compréhensible et la cons-
truction me semble incorrecte.
loading ...