Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 264
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0370
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
264

E. AMÉLINEAU.

eTMUjoon OTT2s.e eTMp Tv^eor H£co& 2£_ir oirnocf ujev otrotti is.2s.Av1 npcoMe rtco-

OITOC M H ItevT..........................................H.......TCg (?)

.......&cor r..........fs.TT(o eTpe £to& rim ujcone eqcHO om rmèv rtoiroro-

miô>. 2s_m ottrotti ujes. OTHoif eTTOTOHO e&oTV. €to noToeiH 2s.eRdvC epe npevR
MRROirre 2s_i eocry £to& rim e&oTVojtt ReoJ&RO'ye TRpcy eTRdw£iTOOTR epocrs*
eevôwTT Rceujume eiTTcevRRir eMCvTe eMevTe jnccTe rêvh epujè*.R pcoMe rim h^tf

epCOTT 11thmtoh R£RT e2£.tù01T epe ROTriv TCOTTiS. mmoh 2Î_10 mmoc 010& rim

eTReipe mmoott 2£_ir MnnocT ujis. ojpes.i enRoiri (p02O.......................

..................uj.....ROI.....CTCO . . . . e MRptùMe RTCOOTT<5c uj£\ ctpea

eneTp gefr^oMevc avr ReTcvs.TR geR TÊmooire ai» ç>eu pip aih ReTpei eRo-yoeie
mu oto& rim rô^tô>. ReRTtogM mm Tvevecir es.Me7V.ei e7Ve\£vir eTpeqTevRO eqcooim
22_e n<nce ne Rgeu roottc r neqçnce RToq ne eTpecpLoq efto?V epoq r eTpeq-
Tes.es. q £es.poq MMRTRes. eirccoTe2 RTeqtyirxLR mmr 7v.eves.7r cesp <>rr eRROTTe ujes.
ojpea eTVenTOR cHevir rott^Rpes. mr OT22.CO mmott Rcopuj. e*.irco Remocf rtciS'ot
es&pes.c>e\av ïie2£.es.q 2s_e 2slir ot£ooc ujes. ottmots-c rtoottc. ev-yio ïi2s_oeic equjex2£_e

pas dans les hommes seront rassasiés de joie. Il ne faut ni vendre, ni acheter, ni

faire quoi que ce soit de petit ou de grand, sans l'homme du couvent et......

...................................et que toute chose soit écrite à

l'économat depuis la plus petite jusqu'à la plus grande, que (tout) soit manifeste
et lumineux, afin que le nom de Dieu soit glorifié en toute chose que nous entre-
prendrons de faire, afin qu'elles soient ornées beaucoup, beaucoup, de sorte que
quand même tout homme les verrait nous soyons en repos à leur sujet. Que
chacun dise en toute œuvre que nous faisons depuis la plus grande jusqu'à la

plus petite.................................................

homme du couvent, jusqu'au semainier et à celui qui garde les bestiaux et les
cochons, jusqu'à celui qui travaille aux champs, et en toute chose selon notre
vocation. Que personne ne néglige quoi que ce soit de manière à le perdre,
sachant que c'est le labeur des autres ou son propre labeur qu'il dépense pour
lui ou dont il fait miséricorde pour le salut de son âme, car rien n'est caché au
Seigneur, même les deux oboles d'une veuve et un verre d'eau fraîche. Et un
aussi grand (homme) qu'Abraham dit : depuis un fil jusqu'au cuir des sandales.

1. Cod. &2ca. — 2. Cod. eirctoTc.
loading ...